Actualité

Wantier, Printant, Ruffier, Puel : des choix qui ont été guidés par la crise financière qui couve à l'ASSE !

Romain Molina a produit une nouvelle vidéo très intéressante au sujet de la situation financière de l'ASSE. Après avoir analysé les comptes consolidés de ASSE GROUPE, il explique pourquoi les dirigeants stéphanois doivent s'attendre à des lendemains difficiles d'un point de vue économique. Avec 15 millions de déficit structurel annuel, des droits TV en baisse et 30 millions d'euros de prêt à rembourser, le club stéphanois se rapproche d'une crise qui pourrait lui être fatale sans une massive vente de joueurs ou une entrée d'argent frais venue d'un investisseur.

L'ASSE a fait du "trading joueurs" son "business model". C'est l'une des informations qui nous est confirmée par l'étude des comptes d'ASSE GROUPE qui, noir sur blanc, indique que la stratégie du club est de s'enrichir en misant peu sur un joueur pour le revendre au prix fort. Si la formation fait partie de ce plan comme on le voit avec Saliba, Fofana ou encore Camara, le recrutement joue également un rôle primordial dans cette approche économique.

Extrait des comptes consolidés d'ASSE GROUPE 2017-18
Extrait des comptes consolidés d'ASSE GROUPE 2018-19

A l'éclairage de ces éléments, certaines décisions prises en cours de saison prennent ainsi tout leur sens :

  • Les résultats enregistrés par Ghislain Printant faisaient craindre un classement catastrophique au vu des moyens consentis. Le changement d'entraîneur était prioritaire.
  • Il fallait engager un entraîneur capable de mettre en lumière la formation et reconnu pour valoriser les jeunes potentiels. Claude Puel était le candidat parfait.
  • Avec 30 millions de prêt contractés pour faire du trading joueur, il fallait une politique de recrutement laissant peu de place aux erreurs de casting. David Wantier a régulièrement recruté des joueurs dont la valeur marchande a baissé une fois la tunique Verte sur les épaule. Xavier Thuilot et Claude Puel l'ont rapidement compris. Le chef du recrutement stéphanois a ainsi été démis de ses fonctions.
  • L'ère Gasset a été riche sportivement mais a fait exploser la masse salariale de plusieurs millions d'euros. M'Vila, Debuchy, Ruffier, Perrin, Khazri, Cabella, Boudebouz sont ou ont été des salaires très lourds à supporter pour le club. L'ASSE va chercher à se détacher de ces joueurs dès qu'elle le pourra, leur rendement sportif n'étant pas ou plus à la hauteur de l'investissement consenti en termes de salaire.

Crédit photo : Icon Sport

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus voté
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Rocky43
Rocky43
19 avril 2020 10 h 35 min

mais il est nécéssaire de se rendre à l'évidence l'ensemble des clubs français (excepté PARIS) sont tous dans la même situation économique difficile et sont obligés de procéder à du trading joueurs (achat-vente) pour équilibrer leurs budgets la Ligue1 ne possédant pas les recettes de leurs Homologues EUROPEENS qui pour la plupart appartiennent à des investisseurs trés Fortunés, les championnats français étant davantage reconnus Formateurs de joueurs de valeur pour des championnats plus Huppés comme L' ANGLETERRE, L'ESPAGNE où L' ALLEMAGNE

1
0
Qu'en pensez-vous ? A vous de commenter !x
()
x
P
Peuple Vert

GRATUIT
VOIR