18 avril 2024
Peuple-Vert.fr – Foot – ASSE – Actualité Live
Histoire des Verts

ASSE : Un Hollandais époustouflant dans le Forez !

Johnny Rep of Saint Etienne during the French national cup final match between Bastia and St Etienne at Parc des Princes, Paris, France, on June 13, 1981. (photo by Michel Barrault / Onze / Icon Sport) - Photo by Icon Sport

À l’occasion des 90 ans de l’AS Saint-Etienne, le site Peuple-vert vous propose le portrait des 50 meilleurs joueurs de l’ASSE parmi les 775 qui depuis 1933, ont un jour porté le maillot Vert. De la place 50 à 21, les joueurs classés seront présentés par ordre alphabétique. Place à Johnny Rep.

JOHNNY REP
(471 matches, 61 buts de 1979 à 1983)
UN HOLLANDAIS VOLANT A SAINT-ETIENNE

JOHNNY REP ÉPOUSTOUFLANT AVEC LE GRAND AJAX

Nicholaas (« Johnny ») Rep est né à Zaandam (Pays-Bas) le 25 novembre 1951. Il se révèle dans la grande équipe de l’Ajax Amsterdam qui terrorisait l’Europe du football au début des années 1970. Il occupe le poste d’ailier et en compagnie de ses illustres coéquipiers, Johann Cruyff et Johann Neeskens.

Il gagne un nombre incalculable de trophées. Il remporte la Coupe Intercontinentale en 1972 contre les Argentins d’Independiente en marquant deux buts lors des deux matches (1-1 puis 3-0 à Amsterdam) par la suite la super coupe d’Europe en 1973 contre les Glasgow Rangers (3-1 et 3-2).

Plus tard, il marque l’unique but de la finale de la coupe d’Europe des clubs champions contre la Juventus de Turin en 1973. Permettant à l’Ajax de réaliser le triplé avant de récidiver en super coupe d’Europe 1974 contre le Milan AC. Une courte défaite à San Siro (0-1) et une démonstration à Amsterdam 6-0 avec un but à la clé, le quatrième.

Naturellement, il est sélectionné avec les Pays-Bas qui échoue en finale de la coupe du Monde 1974 alors qu’ils étaient grands favoris pour la victoire finale.

Comme Cruyff et Neeskens, il part monnayer son talent en Espagne et il atterrit à Valence, mais au bout de deux saisons sans titre, il décide de partir. D’autant plus qu’il a perdu sa place en équipe nationale et qu’il désire la retrouver au plus vite en vue de la coupe du Monde 1978.

Il accepte alors le challenge proposé par Bastia où il débarque en 1977 sans savoir vraiment où il met les pieds. Il n’a pas eu à regretter son choix, car avec les Corses, il a atteint la finale de la coupe de l’UEFA en 1978.

Il a été élu meilleur étranger du championnat de France la même année avant de nouveau perdre la finale de la coupe du Monde face à l’Argentine. La saison suivante est moins enthousiasmante dans une équipe insulaire qui rentre peu à peu dans le rang.

Il a besoin d’un nouveau défi et il accepte la proposition de l’AS Saint-Etienne venue le relancer.

 

L'ASSE RECRUTE JOHNNY REP ET MICHEL PLATINI

Il peut alors rejoindre le Forez en juillet 1979 où il arrive en même temps que Michel Platini pour redorer le blason d’une équipe en perte de vitesse. Avec le stratège Nancéien, c’était la priorité du président des Verts, Roger Rocher, qui a envie de constituer une équipe de rêve pour retrouver les sommets momentanément perdus ces dernières années.

Robert Herbin est très sceptique quant à la pertinence du transfert de l’attaquant néerlandais qui ne cadre pas avec sa politique visant à toujours privilégier la formation plutôt que le vedettariat.

Il a des doutes sur ses motivations et sur sa capacité à encaisser les charges de travail que l’entraîneur impose à ses joueurs. Malheureusement, les craintes soulevées vont se vérifier tout au long de la carrière stéphanoise de Johnny Rep.

Ses premières sorties sous le maillot vert sont pourtant encourageantes. Il marque son premier but officiel pour l’ASSE lors de la troisième journée de championnat à Marseille pour une victoire historique 5-3.

Au bout de huit journées, il a inscrit déjà six buts dont un doublé dans le match au sommet face à Nantes battu 4-2. Son expérience, sa rapidité, la puissance de son tir, son redoutable jeu de tête et son opportunisme sont autant d’atouts qui permettent à son équipe d’effectuer un début de saison remarquable.

La coupe d’Europe arrive donc à point nommé pour ce joueur, qui, motivé comme jamais, a l’intention de faire parler la poudre.

Saint-Etienne en a bien besoin après son faux pas en Pologne où elle a été battue par le Widzew Lodz 2-1 pour le match aller du premier tour de la coupe de l’UEFA. À Geoffroy-Guichard, Rep fait un festival et élimine le club polonais à lui tout seul grâce à un triplé qui permet à l’ASSE de l’emporter 3-0. Ce qui le fait entrer dans la légende.

Il est le premier stéphanois de l’histoire à réaliser un hat-trick en Coupe d’Europe. D’ailleurs les matches continentaux l’inspirent. Au tour suivant, il est un des héros de la confrontation face au PSV Eindhoven.

Martyrisé à l’aller, il doit comme ses partenaires s’avouer vaincu 2-0. Il écume de rage au retour dans le chaudron, sa vengeance n’étant complètement assouvie qu’avec le sixième but qu’il marque sur penalty.

Il est à créditer d’autres belles performances sur la scène continentale comme ce quadruplé exécuté contre les Finlandais de Kuopio Palloseura en 1980.

À Hambourg, il est même capable de se sacrifier pour le bien de son équipe en étant au marquage du latéral international, Manfred Kaltz. Son abnégation est à la base d’un des plus grands exploits de l’ASSE qui atomise les Allemands 5-0.

Avec douze buts à son actif en coupe d’Europe, il est le meilleur marqueur stéphanois devant Hervé Revelli 10 buts, Michel Platini 9 buts et Jean-Michel Larqué 7 buts.

August 1981 at Stade Geoffroy Guichard in Saint Etienne. Team As Saint Etienne . Debout de g ‡ d: Robert Herbin, Christian Lopez, Thierry Oleksiak, Yves Colleu, Jacques Santini, Patrick Battiston,Michel Platini,Jean Castaneda,Philippe Millot,Bernard Gardon, Jean FranÁois Larios, Gerard Janvion, Pierre Garonnaire, Roger Rocher. Accroupis: Guy Briet,Eric Solignac, Patrick Lestage, Jean Louis Zanon, Laurent Roussey, Benny Nielsen, Johnny Rep, Laurent Paganelli, Eric Bellus, Thierry Wolff. Photo by Jean Michel Bancet / Icon Sport. - Photo by Icon Sport

UN JOUEUR AU DEUX VISAGES

À côté de ces rencontres exceptionnelles, Johnny Rep est également responsable de prestations indignes de son talent et Robert Herbin est obligé de se rendre à l’évidence. L’attaquant hollandais choisi ses matches pour briller. La coupe d’Europe ou les rendez-vous proches de ceux de sa sélection nationale, car il a envie de participer à sa troisième coupe du Monde en Espagne en 1982.

L’entraîneur forézien a tout tenté pour remettre sa star dans le droit chemin. En vain. À chaque fois que le Hollandais était réprimandé, il se remettait à l’ouvrage quelques semaines avant de retomber de nouveau dans ses travers.

Certaines rencontres l’intéressaient moins que son premier disque qu’il a enregistré dans cette période et dont le titre principal s’intitulait « Hey Johnny ».

Même les remarques vexantes de son coach ne semblaient l’atteindre et Herbin a dû se résigner à l’utiliser avec ses qualités et ses défauts. S’il n’était pas motivé, s’il marchait sur le terrain, le technicien le remplaçait et quelques fois dès la mi-temps.

En 1983, en pleine crise de la caisse noire, par peur du fisc français, il est retourné dans son pays où il a vivoté.

Malgré tout, Johnny Rep a laissé un souvenir impérissable du côté de Geoffroy-Guichard et il a même été le héros d’une chanson écrite par le groupe Mickey 3D, témoignage de l’aura dont il bénéficiait à cette époque. Évidemment, sa place dans les cinquante meilleurs joueurs de l’histoire de l’ASSE ne souffre pour autant d’aucune contestation.

P
Peuple Vert

GRATUIT
VOIR