Brèves

Robert Beric : "Claude Puel ne misait pas sur moi !"

Robert Beric, transféré en janvier du côté de la MLS, à Chicago, s'est confié au média autrichien Spox. Il y évoque son attachement à l'ASSE, les conditions de son départ et sa nouvelle vie aux USA. Bien évidemment, il aborde également la situation sanitaire qui touche les USA et le reste du monde.

Je passe beaucoup de temps sur le canapé. Mon quotidien c'est Netflix, les jeux, la lecture, Skype. On nous a ordonnés de ne pas quitter Chicago et de ne pas rencontrer de gens. Les restaurants sont désormais fermés. Les conditions sont similaires à celles de Vienne. Je me maintiens en forme en faisiant du cardio. Je suis en contact avec ma famille en Slovénie 24 heures sur 24. Il y a maintenant un confinement complet. Aux États-Unis, le président Donald Trump n'était pas très impressionné au départ et avait qualifié le coronavirus de canular ? Ce mec... Depuis, le trafic aérien a été en grande partie interrompu. Pour moi, ça n'aurait pas été facile de rentrer chez moi. J'aurais eu besoin de présenter des preuves. Mais pour le moment, je n'ai pas l'intention de rentrer chez moi. Contrairement à de nombreux autres athlètes américains, on n'a pas été testé au COVID-19. Heureusement, nous n'avons aucun symptôme.

C'est l'entraîneur Raphael Wicky qui m'a convaincu de venir à Chicago. Il voulait m'amener à Bâle il y a quelques années. mais j'avais décidé de rester à Saint-Étienne à ce moment-là. Quand il m'a recontacté, il m'a expliqué ses plans, il était clair pour moi que je je devais venir à Chicago et commencer une nouvelle vie en Amérique. Ma première impression du championnat a été assez surprenante. Les stades sont complets, l'ambiance est bonne. Et la qualité et l'intensité du jeu sont également élevées, alors que beaucoup de gens en Europe ont une mauvaise impression. J'aime le spectacle tout autour. A mon arrivée, j'ai du boire Jeppson's Malört, une liquer culte ici à Chicago. Chaque nouveau venu doit boire un coup pour devenir un vrai gars de Chicago.

Claude Puel ne misait pas sur moi. Pour moi, Saint-Étienne est une famille, une deuxième maison. Je n'ai jamais joué aussi longtemps dans un club qu'à l'ASSE, je me suis fait beaucoup d'amis là-bas et et je sentais très lié au club. Je me souviendrai toujours de la dernière saison où nous avons terminé quatrième et joué en Europa League. Notre équipe était vraiment bonne. J'ai eu le privilège de jouer toute ma carrière devant des fans fantastiques. Que ce soit Rapid, Saint-Étienne ou Maribor, je ne changerais rien à ma carrière.

Robert Beric - Source : Spox - Traduction : P2

Crédit photo : Icon Sport

7
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
6 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
PF42noamRobert Beric till i diePATRICK SNELACARPE DIEM Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
PATRICK SNELA
Invité

HEROS NATIONAL QUI MARQUA LE BUT DE LA VICTOIRE LORS DU DERBY

CARPE DIEM
Invité

Non il préfère Abi je suis pas certaine que se soit une grande idée https://t.co/MJR6N2mGct

noam
Invité
noam

non il préfère pas Abi, n'y Beric n'y Diony n'y Abi était dans c'est plan, il vend le seul joueurs vendable
entre les 3 attaquants,

Alex
Invité

Faut arrêter un peu, j'adore Robert mais depuis sa blessure la plupart de nos entraîneurs n'ont pas com… https://t.co/lIEuzi4DBf

Robert Beric till i die
Invité

Bobby 😢

noam
Invité
noam

puel l'a peut etre fait partir, ça n'empeche pas Romeyer de prendre un attaquants plus efficace et plus performant
puel n'a strictement rien eux en terme de recrues voilà le certains ras le bol de puel à l'égare de Romeyer

PF42
Invité

Cest vrai qu'on a vachement le choix au niveau des attaquants

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

P