Avec le départ de Jean-Philippe Krasso, les dirigeants stéphanois pensaient pouvoir s’appuyer sur Ibrahima Wadji pour mener l’attaque de l’ASSE version 2023/2024. Malheureusement, des blessures à répétition vont contrecarrer les plans des décideurs ligériens. Peut-il devenir le fer de lance de la triste attaque de l’ASSE sur cette deuxième partie de saison ? Décryptage.

Un profil différent

Ibrahima Wadji possède un profil différent des autres attaquants de l’effectif stéphanois. Avec son physique impressionnant, Wadji est un joueur capable de répéter les efforts. Dévoreur d’espace, son alliance de vitesse et de puissance en font un joueur difficile à stopper quand ses coéquipiers le trouvent lancé.

Dans un effectif dans lequel peu de joueurs sont capables de proposer des courses sans ballons, Wadji n’est pas avare d’efforts. Il n’hésite pas à proposer de nombreux appels pour demander le ballon, mais également pour libérer un espace pour un coéquipier. Sa générosité dans le pressing pour gêner les relances adverses a par ailleurs manqué à son équipe.

L’attaquant sénégalais a connu un début de saison contrarié par de trop nombreuses blessures et rechutes. En ayant participé qu’à trois rencontres, il n’a pas pu avoir l’impact espéré pour son équipe. Son absence a profité à Ibrahim Sissoko, attaquant au profil moins mobile, pour être à l’heure actuelle le meilleur buteur du club avec huit buts. Si Wadji est capable de certaines maladresses face au but, sa première saison à 12 buts sous le maillot vert avait montré qu’il était un élément essentiel de cette équipe.

 

Comment l’intégrer tactiquement ?

De retour à l’entraînement collectif depuis plusieurs jours, Ibrahima Wadji devrait postuler pour une place dans le groupe se déplaçant mardi à Pau. Il est encore trop tôt pour le voir titulaire. Il devrait enchaîner les matchs en sortie de banc pour accumuler du temps de jeu et retrouver du rythme.

Avec le départ de Charbonnier à Bastia et le recrutement de Cardona, l’ASSE possède trois attaquants pouvant occuper l’axe de l’attaque.

Après le retour de la CAN d’Ibrahim Sissoko, Olivier Dall’Oglio devra trouver la meilleure formule pour réveiller une pale attaque stéphanoise (16ᵉ attaque de Ligue 2 BKT). Si le coach stéphanois souhaite garder son 4/3/3, Wadji peut évoluer en tant qu’attaquant axial et ainsi pousser Sissoko sur le banc et Cardona sur poste d’ailier comme il l’a déjà fait à Brest.

En évoluant avec Cardona et Wadji sur le terrain en même temps, la recherche de la profondeur sera à n’en pas douter une caractéristique essentielle de cette attaque.

La possibilité de voir Wadji évoluer sur un côté existe. On l’a vu expérimenté lors de son arrivée en août 2022. Mais son manque de finesse technique dans le dribble ou la conduite de balle en font une option très hypothétique.

 

Vers une attaque à double tête ?

Olivier Dall’Oglio peut également profiter d’un retour de Wadji pour changer son système en passant à deux attaquants axiaux en 4/4/2.

Avec ce système tactique, l’entraîneur stéphanois pourrait jongler entre différentes associations : Wadji/ Cardona, Wadji/Sissoko, Cardona/Sissoko, en fonction de l’adversaire ou de la physionomie de match.

Si ce passage à deux attaquants axiaux présente l’avantage d’amener du monde dans la surface adverse, ce qui a cruellement manqué lors du match nul contre Laval, il faudra trouver les joueurs créatifs pour alimenter le duo en ballons.

En effet, ni Wadji, ni ses deux compères d’attaques ne possèdent le profil créatif capable d’alimenter leurs coéquipiers en bons ballons. En ce sens, le profil des potentiels futurs recrues du club nous en diront plus sur le système envisagé par Dall’Oglio pour réveiller son attaque.

 

Conclusion

Le retour de blessure d’Ibrahima Wadji est une excellente nouvelle pour l’ASSE. Le club stéphanois possède actuellement la 16ᵉ attaque du championnat, et a clairement besoin de nouveaux atouts pour faire trembler plus souvent les filets adverses.

Dans une équipe où trop de joueurs pensent à jouer uniquement quand ils ont le ballon dans les pieds, la capacité de Wadji à proposer de nombreux appels et courses sans ballons pourrait changer le visage offensif de cette équipe. En plus de sa générosité, il a prouvé lors de sa première saison qu’il pouvait être un redoutable buteur.

On peut être sûr que Wadji se donnera sans compter sur le terrain, il faut simplement espérer que ses coéquipiers soient en capacités techniques de lui fournir les bons ballons. Son retour en pleine forme physique serait à n’en pas douter un atout considérable pour l’ASSE, mais il ne pourra pas régler à lui tout seul les maux d’une équipe en panne de créativité.