29 septembre 2022
Actualité

Le projet « Socios Verts » à la peine ?

Saint Etienne fans during the Ligue 1 match between Saint Etienne and Toulouse at Stade Geoffroy-Guichard on April 28, 2019 in Saint-Etienne, France. (Photo by Romain Biard/Icon Sport)

Lancé il y a plusieurs mois, où en est le projet Socios Verts ? Le Progrès se penche sur le sujet et fait le point dans sa dernière édition. Extraits.

"Les « Socios Verts » ne peuvent pas se targuer de la même efficacité que les Kalon (supporters de l'EAG). L’association ligérienne apparue le 3 novembre 2021 se structure mais peine à créer une vraie dynamique. Trois semaines après sa création , 1446 souscripteurs promettaient 143 000 euros. Au 9 août 2022, soit 9 mois plus tard, 2078 personnes sont inscrites pour un total de promesses de don d’environ 230 000 euros. Loin des 4 millions initialement espérés. [...]

Malgré une croissance des souscriptions atone, « on progresse toujours » assure Thierry Simonnet, président des « Socios Verts ». Pas assez pour atteindre la barre des 4 millions d’euros de promesse de don, érigée comme seuil pour toquer à la porte des dirigeants stéphanois. Un montant qui pourrait toutefois être revu à la baisse, autour de 2 millions d’euros, avec la descente de l’ASSE en Ligue 2.

Alors pourquoi les « Socios Verts » peinent à trouver les 42 000 souscripteurs espérés, sur un territoire pourtant viscéralement attaché à son club ?

« Les résultats du club n’aident pas » explique tout d’abord Thierry Simonnet, qui se félicite quand même des 9 anciens joueurs qui ont rejoint le projet, comme Damien Bridonneau ou plus récemment Lubomír Moravcík. Les congés d’été ont aussi ralenti le travail des bénévoles de l’association. Sans oublier le flou qui entoure la vente du club, et donc les potentiels interlocuteurs.

Même si les « Socios Verts » se sont entretenus avec le président exécutif de l’ASSE, Jean-François Soucasse, à l’écoute de leur projet. Un entretien resté sans suite pour le moment, ce qui ne surprend pas vraiment Thierry Simonnet, conscient des réalités économiques du football. « On ne pèse que 200 000 euros, convient-il. Mais ça nous permet de nous organiser, à l’image des entreprises qui nous rejoignent comme la Brasserie Geoffroy-Guichard. On n’est pas pressés. »

A lire également :  ⬛ Carnet noir : Le doyen des supporters de l'ASSE s'est éteint
P