18 mai 2022
Actualité

Antoine Koumbouaré ne fera aucun cadeau aux Verts

Antoine KOMBOUARE (Entraineur Nantes FCN) during the Ligue 1 Uber Eats game between FC Nantes and RC Lens at Stade de la Beaujoire on December 10, 2021 in Nantes, France. (Photo by Christophe Saidi/FEP/Icon Sport) - Antoine KOMBOUARE - Stade de La Beaujoire - Louis Fonteneau - Nantes (France)

Antoine Koumbouaré connait mieux que personne la situation dans laquelle se trouve actuellement l'AS Saint-Etienne. Barragiste la saison passée, il a redressé la barre avec le FC Nantes pour remporter la coupe de France un an plus tard. Les Canaris recevront les Verts pour la dernière journée de Ligue 1. Il s'exprime en cette fin de saison. dans Ouest-France. Extraits.

"Après la finale et la fête qui a suivi, il fallait apporter du sang neuf et bousculer ce groupe pour que l’esprit de compétition et de concurrence soit fort. Tout le monde a répondu présent. On est dans une période où tout nous réussit. Il faut croire, qu’en ce moment, on peut mettre n’importe qui sur le terrain et que ça peut marcher. Cette victoire fait très plaisir aux supporters. Quand on est joueur, il n’y a rien de plus beau que de faire plaisir à des gens qui te soutiennent au quotidien.

Notre équipe a du cœur, c’est ce qui fait notre force aujourd’hui. Il y a beaucoup de sérénité, d’énergie, de rage dans cette équipe, elle veut toujours gagner. Ce qui est beau, c’est qu’en difficulté, elle est capable de renverser des situations. Il faut garder ça jusqu’à la fin. C’est le plus dur. C’est eux qui font ce qu’il faut pour renverser les situations. On discute. Quand ils sont dans une période comme celle-ci, je les regarde, je les observe et les admire parfois. Je suis un entraîneur heureux et surtout chanceux d’avoir un groupe comme celui-là.

Les victoires appellent les victoires. Il ne faut surtout pas se relâcher. Quand vous avez un groupe comme ça, il faut le provoquer, le pousser dans ses retranchements pour qu’ils puissent aller au bout de leurs limites. Je leur ai dit : c’est minimum 57 points. S’ils font 58 ou 60, je signe. Si on n’y arrive pas, ce n’est pas grave mais il faut qu’on se fixe des objectifs.

Mes joueurs me bluffent complètement. Ils m’impressionnent. C’est monstrueux ce qu’ils font comme prestations mais aussi comme résultats car vous pouvez bien jouer et ne pas gagner. Là, ils alignent les deux. On m’a dit dans le vestiaire que c’était record de points qu’on est en train d’obtenir sous Kita. Il reste encore deux matches donc c’est bien. On est très heureux et fiers de ce qu’on fait et on n’a pas envie de s’arrêter en si bon chemin."

P