29 septembre 2022
Actualité

📻 Comment les actionnaires ne facilitent pas la Vente de l'ASSE ?

Roland ROMEYER / Bernard CAIAZZO - 22.02.2015 - Saint Etienne / Marseille - 26eme journee de Ligue1 Photo

Selon les dernières informations de l'Equipe, les actionnaires de l'AS Saint-Etienne devaient répondre à l'offre de David Blitzer avant minuit hier soir. Pas de nouvelles depuis.

Gérard Davet, journaliste au Monde, était l'invité de l'After Foot hier soir. L'occasion de revenir sur l'article polémique publié . Il a évoqué l'enquête menée sur la gestion et la vente du club.

Un fiasco absolu

Gérard Davet : "On a passé un certain temps à Saint-Etienne. On était intéressé par le destin de ce club. Saint-Etienne est un fiasco absolu d'un point de vue footballistique, capitalistique et managérial.

Nous avons deux président à la tête de ce club depuis des années. Un qui semble incompétent à en croire la vingtaine de personnes que nous avons rencontré. C'est Roland Romeyer. Et l'autre, qui est peut-être plus compétent, mais qui n'est surtout pas stéphanois dans l'âme. Il n'y met plus les pieds depuis deux ans d'ailleurs. Bernard Caïazzo.

Ceci donne un paysage absolument déplaisant. Du maire jusqu'aux supporters, en passant par les intervenants économiques, ils se demandent ce qu'il va se passer."

Roland ROMEYER of Saint Etienne during the Ligue 1 match between AS Saint-Etienne and Stade Reims at Stade Geoffroy-Guichard on February 23, 2020 in Saint-Etienne, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport) - Roland ROMEYER - Stade Geoffroy-Guichard - Saint Etienne (France)

L'accès aux données verrouillées

"Quand vous achetez un appartement vous vous renseignez sur les différents problèmes liés à cet appartement. Le voisinage, les vices cachés, etc... Là quand on rentre dans cette fameuse data room, on est censé à avoir accès à l'ensemble des éléments financiers, et... non.

Olivier Markarian était en position de racheter le club. Sponsor et partenaire depuis des années, il avait vendu sa société et aurait pu racheter l'AS Saint-Etienne. Il avait gagné 80 millions d'euros dans la vente de sa société. Il avait les moyens de le faire. Il avait plusieurs partenaires d'un niveau tout à fait correct pour investir.

En l'occurrence, il a eu accès à la Dataroom. Il avait apporté les garanties financières suffisantes pour y avoir accès. Lorsqu'il a eu accès à la Dataroom, il a posé des questions. Ceci fait partie du process. Le cabinet mandaté doit alors donner des réponses. Il se trouve que nous eu accès à cet échange de questions - réponses. On s'aperçoit que les acheteurs potentiels ont posé une série de question :

Qu'en est-il des contrats des joueurs ? Qu'en est-il de la liquidation des actifs ? Ou en est-on de la brasserie qui devait rapporter de l'argent mais a été vendu ? etc. 

Ils posent des vrais questions de potentiels futurs repreneurs. En face, le cabinet KPMG répond : "Vous n'aurez accès à ça que lorsque nous le déciderons." Du coup, Olivier Markarian s'est trouvé dans une position où il était impossible de racheter ce club sans avoir les réponses à ces questions".

Roland ROMEYER / Bernard CAIAZZO - 17.03.2013 - Saint Etienne / PSG - 29eme journee de Ligue 1

Markarian avait les moyens de racheter l'ASSE

"Objectivement, Olivier Markarian et son projet avait la surface financière pour racheter le club. Il avait également les compétences financières. Je ne le connais pas plus que ça. Mais au-delà de ça, il était associé à des gens honorablement connus qui avaient apporté des garanties financières.

Des lettres de banques et autres qui démontraient qu'ils avaient les moyens de racheter le club. Attention, on est pas en présence d'actionnaires milliardaire américains capables de poser des milliers d'euros. Mais d'un pole de repreneurs locaux avec une connaissance du terrain. 

Je pense que Saint-Etienne on va bien au-delà d'un club. Il y a un côté patrimonial. C'est un endroit où il y a une âme. On ne peut pas donner ce club à quelqu'un qui n'aurait pas une connaissance du lieu. Là il y avait quelqu'un qui connaissait.

Markarian n'a pas voulu s'exprimer "on". Mais il n'a jamais eu d'explications. Lorsqu'on pose la question à Gaêl Perdraiu, maire de Saint-Etienne, et autres personnes qui gravitent autour du club, ils sont bien en peine pour vous répondre.

La seule raison valable que l'on peut trouver c'est que Romeyer et Caïazzo ont estimé que cela ne rapporterait pas à eux-même assez d'argent. 

Encore une fois, c'est une question qu'on aurait aimé posé directement à Caïazzo et Romeyer. Mais ils n'ont pas souhaité nous répondre."

Roland ROMEYER / Bernard CAIAZZO - 05.01.2010 - Conference de presse - Centre de l'Etrat - Saint Etienne
Photo : Jean Paul Thomas / Thomas Pictures / Icon Sport

Des choses à cacher ?

"Olivier Markarian n'a pas eu accès aux commissions des agents, aux contrats des joueurs, au contrat de Jean-François Soucasse le président de l’exécutif. 

C'est très opaque. Le monde du foot l'est de manière général. Tout est caché. Mais là il y aune opacité absolue qui est entretenu volontairement par les deux actionnaires. C'est curieux et je peux comprendre que les supporters soient lassés. Il y a un vrai problème dans le management et la manière dont ce club est géré."

Blitzer va t-il se retirer pour le rachat de l'ASSE ?

David Blitzer à la relance ?

"On parle de ça ce soir. Mais évidemment, il se peut que demain ou après-demain, les deux actionnaires annoncent qu'ils vendent le club à Blitzer pour 30 millions d'euros. Il n’empêche qu'il y a une enquête en cours sur le transfert d'Aouchiche.

Il y a d'autres éléments qui tiennent à la sécurité. Il s'est passé des choses très graves lors du match 'Auxerre. Il y a des choses qui ne sont pas très clair. "

A lire également :  🗣 Deux Légendes des Verts fustigent les co-actionnaires
P