22 mars 2023
Peuple-Vert.fr – Foot – ASSE – ActualitĂ©
RĂ©trospective

📚 La LĂ©gende de l'ASSE : De rĂšve Ă  la rĂ©alitĂ©

histoire

Retour de notre rubrique historique :

4 février 2004

Demi-finale de coupe de la Ligue

ASSE-Sochaux 2-3 aprĂšs prolongation

Le coup est passé si prÚs !

L’ASSE QUALIFIEE POUR LES DEMI-FINALES DE LA COUPE DE LA LIGUE

AprĂšs seulement deux saisons en ligue 1, l’AS Saint-Etienne est redescendue en ligue 2 en 2001 et elle a vĂ©cu depuis deux annĂ©es de galĂšre. Le 29 janvier 2003, elle subissait une humiliante dĂ©faite Ă  Geoffroy-Guichard face Ă  Gueugnon (0-3) qui la scotchait Ă  la derniĂšre place du championnat de ligue 2  avec de rĂ©elles inquiĂ©tudes pour l’avenir du club. Toutefois, Un an plus tard, jour pour jour, elle est en train de revivre. Les Verts de FrĂ©dĂ©ric Antonetti, au club depuis octobre 2001 et qui a enfin trouvĂ© la bonne formule, jouent la montĂ©e Ă  l’étage supĂ©rieur. Second ex-aequo avec Amiens aprĂšs 22 journĂ©es, ils pointent Ă  4 points du leader Istres qu’ils ont en ligne de mire.

Preuve de ce renouveau renversant, l’ASSE rĂ©alise un excellent parcours en coupe de la ligue. Elle a Ă©liminĂ© Rouen (1-0), Beauvais (1-0), Ă©quipes de L2, puis Lille (3-2) et Nice (2-0), des pensionnaires de L1 pour se retrouver en demi-finales de cette compĂ©tition pour la premiĂšre fois de son histoire, elle qui n’avait jamais fait mieux qu’un quart de finale en 2001 et 2003. Elle affronte Sochaux, autre reprĂ©sentant de l’élite, que le tirage au sort lui a permis de recevoir dans son antre, le stade Geoffroy-Guichard.

NĂ©anmoins, les Sochaliens sont d’un calibre bien supĂ©rieur aux adversaires des tours prĂ©cĂ©dents. Ils sont 4e de la ligue 1 et ils sont toujours qualifiĂ©s en coupe de l’UEFA oĂč ils ont Ă©liminĂ©s les allemands du Borussia Dortmund en 32e de finale avec un cinglant 4-0 au match retour dans le Doubs. Le week-end prĂ©cĂ©dent la rencontre dans le Forez, les Sochaliens ont battu l’Olympique de Marseille de Didier Drogba 2-1 au stade Bonal. C’est donc sĂ»rs de leurs forces qu’ils viennent dans le Chaudron pour venir chercher une qualification en finale.

UNE ENTAME DE REVE

33 665 spectateurs ont pris place dans les gradins pour une soirĂ©e qui s’annonce dĂ©jĂ  bouillante. Il s’agit du record pour une rencontre de coupe de la ligue Ă  domicile pour les Verts et Ă  priori, il ne sera jamais battu. Le kop sud a dĂ©ployĂ© un magnifique tifo, un cƓur rouge qui parait animĂ©, et que les Green Angels demande de faire « vibrer jusqu’à Paris ». MAGNIFIQUE ! Un des plus beaux tifos qu’il m’ait Ă©tĂ© donnĂ© de voir ! Lorsque les StĂ©phanois entrent sur la pelouse sous la conduite de leur capitaine Patrice Carteron, ils ne peuvent qu’ĂȘtre transportĂ©s par cette ambiance magique. Carteron n’aurait pas dĂ» jouer ce match. CantonnĂ© au rĂŽle de remplaçant ces derniĂšres semaines au profit du guerrier Damien Bridonneau, il s’acquittait de sa nouvelle fonction de grand frĂšre du mieux qu’il pouvait, qu’il accomplissait avec professionnalisme et gĂ©nĂ©rositĂ©. Mais Bridonneau comme Vincent Hognon sont suspendus pour cette demi-finale et c’est donc tout naturellement Carteron qui a repris sa place dans le couloir droit avec le brassard en plus.

Signe du destin, Ă  la 18e minute, il sollicite un une-deux cĂŽtĂ© droit avec Fabrice Jau qui lui remet dans la course et alors qu’il vient d’entrer dans la surface de rĂ©paration, il dĂ©coche un tir rasant du droit imparable qui permet Ă  l’ASSE d’ouvrir le score. Ivre de bonheur, il se prĂ©cipite vers le bord du terrain bientĂŽt suivi par tous ses partenaires venus le fĂ©liciter.

Le stade, dĂ©jĂ  Ă  l’unisson de son Ă©quipe, explose de joie avec ce premier but. Mais ce n’est rien en comparaison de ce qui va suivre. A la 21e minute, Mickael Citony s’échappe cĂŽtĂ© gauche, rĂ©siste Ă  son dĂ©fenseur et dĂ©coche Ă  l’aide d’une glissade dĂ©sespĂ©rĂ©e un centre au cordeau dans la surface pour Lilian Compan. L’attaquant stĂ©phanois s’élĂšve plus haut que le dĂ©fenseur sochalien et d’une tĂȘte piquĂ©e, dĂ©croisĂ©e, il trompe l’infortunĂ© gardien adverse qui ne peut que constater les dĂ©gĂąts. Il inscrit le 2e but qui fait entrer le stade en fusion. Une telle communion entre le public et ses joueurs fera dire Ă  FrĂ©dĂ©ric Antonetti que ce soir-lĂ , il a senti la terre trembler sous ses pieds.

DU REVE A LA REALITE

Pendant 40 minutes, on ne voit qu’une seule Ă©quipe sur le terrain. Malheureusement, les Verts n’en ont pas profitĂ© pour achever dĂ©finitivement les Lionceaux qui arrivent Ă  rĂ©duire la marque peu avant la mi-temps sur un coup franc indirect que StĂ©phane Hernandez n’arrive pas Ă  repousser de la tĂȘte. JĂ©rĂ©mie Janot qui voyait son dĂ©fenseur intervenir n’a pas esquissĂ© le moindre geste. La pause est ainsi atteinte sur ce court avantage mais on sent dĂ©jĂ  que la 2e mi-temps sera un tout autre match.

D’ailleurs, Sochaux Ă©galise vers l’heure de jeu suite Ă  un ballon perdu au milieu de terrain dont profite Oruma qui va crucifier les StĂ©phanois. Les visiteurs avaient eu une minute auparavant une occasion en or quand Frau, parti Ă  la limite du hors-jeu s’est prĂ©sentĂ© seul devant Janot. Il a complĂštement ratĂ© sa frappe. La derniĂšre demi-heure est Ă  sens unique mais Saint-Etienne ne rompt pas. Si les hommes de Guy Lacombe font tout ce qui est en leur pouvoir pour s’éviter les prolongations, c’est sans compter sur JĂ©rĂ©mie Janot qui a longtemps retardĂ© l’échĂ©ance. L’ASSE a eu toutefois une belle opportunitĂ© Ă  la 88e minute sur une frappe croisĂ©e Ă  ras-de-terre de Compan bien captĂ©e par le portier doubiste qui s’est bien dĂ©tendu.

Le coup de poignard arrive Ă  la 103e minute, Oruma, encore lui, signe le doublĂ© qui semble envoyer son Ă©quipe en finale. Les Verts vont tout tenter pour revenir notamment avec un retournĂ© de Lawrence Quaye, entrĂ© Ă  la place de Nicolas Marin Ă  la 75e minute, magnifiquement dĂ©tournĂ© par le gardien sochalien Ă  la 109e minute. A la 116e minute, SablĂ© reprend de la tĂȘte un coup-franc de Jau mais le cadre se dĂ©robe alors que le but Ă©tait vide, dĂ©sertĂ© par le portier adverse parti aux fraises.

La marque n’évoluera plus mais le public, pas rancunier, fait un triomphe Ă  son Ă©quipe qui a su porter si haut ses couleurs malgrĂ© la dĂ©faite.

Un match inoubliable !

En Images

Revivez le match ASSE-Sochaux, demi-finale de la coupe de la Ligue 2004 avec notre partenaire ASSE Memories

Article rédigé par Albert Pilia

error: Ce contenu est protégé !!
P