Brèves

André Laurent fustige les "egos surdimensionnés" qui l'ont poussé à démissionner de la présidence des Verts !

André Laurent aurait pu être celui qui donne la réplique à Jean-Michel Aulas durant les années 90 voire 2000 puis 2010. Cet entrepreneur avait la stature et le charisme pour emmener les Verts plus haut. Sans ce putsch organisé par le duo Larqué-Guichard en 1993, l'ASSE n'aurait peut-être pas connu les trou noir des années 90. André Laurent, interrogé par le Progrès, revient sur son mandat et ce triste dimanche matin...

À cette époque, il n’y avait pas la manne financière des droits TV. Les entrées représentaient 30 % du budget (ndlr : 17% de nos jours), les autres 70 %, il fallait aller les chercher chez les sponsors. Ce n’était pas une mince affaire.

Tous les lundis matin, j’avais une réunion à 8 heures dans mon entreprise avec ma vingtaine de cadres. Que nous ayons gagné ou perdu la veille, il fallait donner le change. Cela vous remet les idées en perspective.

L’intensité, l’âme du football, je l’ai connu dans le vestiaire. Cette exaltation, ces grands moments de bonheur. Ça ne se raconte pas, ça se vit. Intensément. Tout le monde à peur avant un match. Les visages changent. La victoire et la défaite, ce sont deux menteurs avec le même front.

Un soir de défaite, j’ai houspillé les joueurs en les mettant face à leurs obligations. Roby n’a rien dit. Trois rencontres plus tard, les Verts l’avaient emporté aisément mais dans sa causerie d’après-match, il s’est montré très virulent pointant en priorité les carences de son équipe. Je lui ai demandé « Coach, vous ne les félicitez pas ? » Il m’a dit « Non. Ils sont plus réceptifs lors d’une victoire qu’un jour de défaite où ils ne vous entendent pas ». Quelle leçon. Cela m’a servi toute ma vie.

André Laurent - Source : Le Progrès

Le 6 juin 1993, à quelques heures de la demi-finale de coupe de France ASSE-Nantes, Pascal Praud et Jean-Michel Larqué attaquent le bilan d’André Laurent en direct dans Téléfoot qui s'est installé sur la pelouse du Chaudron pour l'occasion. Un véritable putsch qui aboutira à la démission d'André Laurent. Sans les nommer, l'ancien président stéphanois fustige Jean-Michel Larqué, Michel Vernassa et Yves Guichard  en expliquant que cette prise de pouvoir est l'oeuvre d' "egos surdimensionnés guère en rapport avec leurs capacités". Voilà qui est dit... S'en suivra une saison très moyenne puis une seconde durant laquelle les Verts finiront par éviter de peu la relégation avant de sombrer en D2 en 1996 !

Crédit photo : Icon Sport

Miguel Trauco, le non-droit à l'erreur

Benjamin M.

[Bulletin de notes] Les verts s'inclinent (encore) au Vélodrome #OMASSE

Benjamin M.

[Bulletin de notes] Les verts sont de retour et ramènent les trois points #DFCOASSE

Benjamin M.

8
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
8 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
7 Auteurs du commentaire
Ou rabahnoamFrederic PerrinThomas IglésisPhilippe Georges Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Michel Marie
Invité

C'est bien vrai

Yvan Berger
Invité

Et oui et encore nous n’avons pas eu des Zlatan, Neymar

Yvan Berger
Invité

Les vrais coupables là dedans se sont les agents de joueurs les coupables pour spéculer

Philippe Georges
Invité

Laurent un mec bien et pas fier je me rappel il c'était garé en face du stade et il nous a serré la main !.. Super président...

Thomas Iglésis
Invité

Bonjour, pour ce qui me concerne, je ne garde pas un souvenir impérissable des années Laurent.

Frederic Perrin
Invité

Question ego il est plutôt bien placé pour en parler 🤭

noam
Invité
noam

les 2 clowns devrait en prendre de la graine, partir avant qu'il soit trop tard,

Ou rabah
Invité
Ou rabah

C est curieux de voir comme larque qui a la dent si dur avec les autres et avec l asse en particulier est si taiseux sur le sujet.
Au bout d un an il s est tiré par la petite porte, mal apprécié du vestiaire et après avoir fait des erreurs majeurs en terme de recrutement.
La plus grosse étant d avoir cassé notre meilleur défense centrale des 40 dernières années kastendeuch cyprien et d avoir recrute zwierzewski qui coûtait cher et était moyen.
Maintenant si Laurent était du calibre de competences d aulas on s en serait aperçu.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

P