Vincent Pajot s’est livré dans les colonnes du dauphine libéré sur Saint-Etienne. Celui qui a connu la coupe d’Europe avec le club, il partira ensuite en direction d’Angers. Le joueur au 90 matchs sous le maillot vert aura inscrit 6 buts lors des 3 saisons qu’il a joué. À 32 ans, il est désormais un cadre de l’effectif du FC Annecy !

« Quand j’ai signé ma mère m’a dit : « C’est toute notre jeunesse ». Je suis parti en vacances dans le sud chez mes parents après avoir signé à Sainté, on me reconnaissait dans la rue, alors que deux jours avant j’étais anonyme. C’est fou l’impact que ça a de jouer pour Saint-Étienne. Je me suis dit : ‘’Il ne va pas falloir trop se chier » (rires). J’ai connu des derbies contre Lyon qui m’ont marqué à vie. À Saint-Etienne, c’est la première fois de ma carrière que j’ai invité autant de gens à venir me voir jouer. Lors des derbies, si je pouvais inviter tout mon quartier, je le faisais car ce sont des moments qui marquent. Mon frère était venu dans le parcage stéphanois à Old Trafford et il n’a pas pu s’asseoir de tout le match. C’est un de ses plus beaux souvenirs.

Vincent Pajot of Saint Etienne during the Ligue 1 match between Toulouse and AS Saint-Etienne at Stadium Municipal on October 29, 2017 in Toulouse. (Photo by Manuel Blondeau/Icon Sport)

En ce moment, pour un joueur, il faut avoir les nerfs solides car je sais ce que c’est. Ce qui était difficile, notamment pour moi qui aime dissocier le foot de ma vie privée, c’est que c’était quasiment impossible. La boulangère est pour Saint-Étienne, le caissier te parle de foot, à la pompe à essence aussi… On ne te parle que de ça. Quand tu as un week-end, il ne faut pas rester à Saint-Étienne pour couper un peu. Je suis pressé qu’on aille jouer dans le Chaudron. Dijon, Guingamp… c’est stylé mais Geoffroy-Guichard, ça marquera à vie les joueurs qui n’ont jamais connu ça. C’est aussi une manière de faire grandir le club et que nos joueurs grandissent à travers ça. Pour l’expérience, ça va être top »