Ajaccio reçoit l’ASSE ce samedi à 15 heures. Une rencontre dans laquelle les corses vont tenter de stopper l’hémorragie. L’ACA n’a plus gagné depuis deux mois. Olivier Pantaloni s’est exprimé en conférence de presse.

| Stade François Coty | samedi 13 avril 2024-15:00
AC Ajaccio
AC Ajaccio
d d d d n
2 : 0
Match terminé
AS St-Etienne
AS St-Etienne
n v v v v
C. Ibayi
17'
C. Vidal
45'+3'

 

Faire plus face à l’ASSE 

Olivier Pantaloni (AC Ajaccio) : « Bien sûr. Oui, Pau, encore une fois, ça a été un point arraché au mental, avec de la générosité, de la solidarité. Face à une équipe comme Saint-Etienne, qui reste sur une très bonne série, il va falloir beaucoup plus de consistance dans notre jeu. Mais encore une fois, le point pris à Pau a quand même fait du bien dans les têtes. »

L’ASSE similaire à l’ACA qui a connu la montée ?

Olivier Pantaloni (AC Ajaccio) :  » C’est une équipe qui a tout de même eu pas mal de difficultés à débuter le championnat et qui, depuis le retour de la trêve hivernale, a un parcours incroyable. Je ne sais pas si on peut l’assimiler à ce qu’on avait fait.

Nous, on avait quand même eu beaucoup plus de régularité. Alors, sur le plan défensif, c’est vrai qu’aujourd’hui, c’est une équipe qui prend très peu de buts, qui a sur le plan offensif beaucoup de qualités et des joueurs, avec notamment la recrue, Cardona, qui leur fait énormément de bien.

Donc oui, équipe difficile à jouer. Après, les similitudes par rapport à la nôtre l’année de la montée, je ne sais pas si on peut parler de similitudes. »

Charnière pour la fin de saison d’Ajaccio ?

Olivier Pantaloni (AC Ajaccio) : «  Je pense que ça va être compliqué jusqu’au bout parce que toutes les équipes s’accrochent. On voit une équipe d’Annecy que l’on pensait condamnée, ils restent sur quatre victoires consécutives.

Dunkerque qui avait fait une première partie de saison catastrophique et qui se retrouve aujourd’hui au-dessus de la ligne de flottaison. Il n’y aura pas d’équipe qui lâcheront. On peut considérer peut-être que Valenciennes est condamnée.
En dehors de ça, toutes les équipes vont lutter jusqu’au bout. Donc, on devra, nous aussi, lutter pour aller chercher ce maintien. Et ne jamais se relâcher. Donc, il est important d’engranger des points. Encore une fois, c’est Saint-Etienne qui se présente. C’est le second, ils sont sur une dynamique ultra-positive, mais peu importe.

 

Capable de battre tout le monde

Olivier Pantaloni (AC Ajaccio) : « Moi, je pense que notre groupe qui reste impliqué, on a les moyens de battre n’importe qui, si véritablement, on est à notre meilleur niveau. La semaine a montré qu’il y avait des choses très intéressantes.

C’est sûr que l’horaire, le contexte, l’adversaire, le beau temps fait qu’on peut se dire qu’il y aura une ferveur autour de ce match. Je l’espère en tout cas, parce que les joueurs aussi en ont besoin. C’est important pour nous et on sait que ça peut aussi faire la différence.

 

Ajaccio compte contrer les Verts

Michaël Barreto (Ajaccio) : « Après le match de Pau, c’était dur physiquement. J’étais un peu rincé parce que ça faisait quand même quatre mois que je n’avais pas joué un match complet. J’ai enchaîné lundi et samedi. Ça a été assez compliqué. Mais là, je me sens bien.

Pour un joueur de foot, de toute façon, c’est compliqué quand on est blessé. Mais bon, il faut l’accepter. Ça fait partie du métier. Donc, comme on dit, j’ai rongé mon frein et j’ai attendu. Et aujourd’hui, je suis là.

Je pense que Saint-Etienne va mettre de la pression. À nous de répondre présent, à nous de mettre notre jeu en place. À nous de mettre surtout la pression pour pas qu’ils ne puissent pas mettre leur jeu en place et nous mettre en danger.

Je crois qu’ils en ont pris trois buts depuis janvier, si je ne dis pas de bêtises. Oui, ils sont un peu sur la lignée de ce que nous, on a fait, lors de la montée.

Il y a des espaces à exploiter, à nous de faire au mieux pour se créer des situations et pouvoir la mettre au fond des filets. On a travaillé offensivement cette semaine, donc voilà, à nous de le mettre en place demain. »