5 décembre 2022
Actualité

Du temps pour Oscar Garcia, de la pression sur les épaules de David Wantier !

René Ruello, ex-président du Stade Rennais, analyse aujourd'hui, dans une interview accordée à L'Equipe, la situation de son ex-club et notamment de Christian Gourcuff, limogé par la nouvelle direction. Sa réflexion est intéressante. Il explique que Christian Gourcuff a dû travailler dur pendant sa première année au Stade Rennais, avec des résultats médiocres, mais un objectif très clair : reconstruire une équipe qui puisse s'adapter au style préconisé par le coach breton. Une situation analogue à celle vécue par Oscar Garcia... Mais pour reconstruire, il faut des joueurs... La cellule de recrutement de l'ASSE a les clés de la réussite sportive du club...

René Ruello : "Tout ça est tout frais. Le regret, le grand regret, c'est le départ de Gourcuff. En fait, il est limogé après quatre mois de travail, pas après un an et quatre mois. Car la première année, il arrive avec un effectif qu'il n'a pas choisi, il y a des joueurs qu'il juge incapables de s'adapter au système qu'il préconise en général (le 4-4-2). Et il en vient progressivement à reconstituer un effectif davantage dans le profil qu'il souhaite pour arriver à créer un vrai style de jeu, ce qu'on a toujours voulu faire."

Une déclaration qui éclaire peut-être le début de saison de  l'ASSE et d'Oscar Garcia. L'entraîneur stéphanois vit son année "zéro". Celle durant laquelle le grand ménage doit s'opérer avant d'acquérir des joueurs plus aptes à s'adapter au style qu'il préconise. La grande braderie a commencé cet été avec de nombreux départs. Elle va se poursuivre. Exit cet hiver ou en juin des joueurs comme Florentin Pogba, Cheikh M'Bengué, Alexander Söderlund, Léo Lacroix, Kévin Monnet-Paquet, Alexandros Katranis (!!!) voire Ole Selnaes ou Loïs Diony si ce dernier vit une année blanche.

Ne resteront que les jeunes prometteurs et les cadres qui constituent à ce jour l'ossature de l'équipe comme Stéphane Ruffier, Loïc Perrin, Bryan Dabo ou encore Romain Hamouma si son physique finit par le laisser tranquille...

L'une des clés de la réussite sera de ne surtout pas se tromper en recrutant. L'ASSE se trompe trop régulièrement depuis de nombreux mercatos. David Wantier a été rejoint par une cellule digne de ce nom. Reste à savoir comme elle va aborder le mercato hivernal qui sera son premier vrai test. Quelle va être sa capacité à vendre et à acheter malin. Sommes-nous encore capables de sentir le marché ? D'aller chercher des joueurs qui apporteront une plus-value sportive puis financière à l'ASSE ? Le seul bon coup opéré par David Wantier s'appelle Kévin Malcuit. Une plus-value de 8 millions d'euros... Bravo, cela compensera les autres achats désastreux opérés depuis plusieurs saisons dont font partie Alexander Söderlund, Léo Lacroix ou Oussama Tannane... Cela compensera la prolongation de contrat incroyable proposée à Jérémy Clément alors que ce dernier n'était plus dans les tuyaux. Résultat, un joueur qui émarge à 40 000 euros et qui effectue une saison en CFA2 l'an passé ! Cela compensera la prolongation de Romain Hamouma alors qu'une vente aurait pu rapporter beaucoup d'argent il y a 2 ans. Aujourd'hui, le joueur continue de ne jouer que 40% du temps et coûte très cher au club sans rien lui rapporter... Cependant, l'ASSE a été beaucoup moins prompte à sentir l'éclosion de Jonathan Bamba qui aujourd'hui adopte un comportement de jeune diva et se permet de faire du chantage aux dirigeants... On ne reviendra pas sur le montant exorbitant posé sur la table pour attirer Loïs Diony, alors que 6 mois avant on refusait pour le même montant un joueur comme Andy Delort, au grand désarroi de Christophe Galtier pour qui cela a été la goutte d'eau qui a fait déborder un vase bien trop rempli ! David Wantier indiquait il y a quelques jours qu'il souhaitait qu'on le laisse "faire son boulot" ! Pas de problème, mais du côté des supporters et des observateurs on souhaiterait que cela accouche d'un recrutement digne de ce nom ! Cela suppose du travail, de l'investigation, de la présence sur les terrains et... un budget conséquent. Roland Romeyer devra desserrer les cordons de la bourse !

A lire également :  💸 Vente ASSE : David Blitzer déterminé à racheter l'ASSE

En définitive, Oscar Garcia doit bénéficier du temps suffisant pour installer son jeu. Cette saison sera de transition. Les Magic Fans ou les Green Angels n'ont peut-être pas fini de déployer des banderoles à l'Etrat, car les résultats pourraient être difficiles à digérer lors des prochains mois... Dès février, peut-être qu'Oscar Garcia pourra compter sur des joueurs "choisis". En mai peut-être nous annoncera-t-on l'arrivée d'un investisseur. S'il est minoritaire, ce sera mauvais signe. Cela voudra dire qu'il n'apportera aucune réelle puissance financière. Les prochains mois risquent de ressembler à ce que beaucoup de supporters stéphanois avaient oublié, bercés par la stabilité de l'ère Galtier. Il faut s'y préparer sans le redouter. Car pour grandir il faut d'abord déconstruire...

 

P