19 mai 2022
Actualité

Loïc perrin : "Le recrutement a été bien fait"

Loïc Perrin a accordé un long entretien au Progrès lors de cette trève internationale. Il a fait le bilan de ce premier mois de compétition, a parlé du collectif qui doit se mettre en place et est aussi revenu sur les sifflets face à Bastia.

"On est bien où on est. On s’est bien replacé avec 7 points. Il va falloir enchaîner, on le sait. Ces dernières saisons, on a réussi de bons débuts et tout le monde en attend encore plus de notre part. Il y a eu pas mal de recrues. Il faut que tout le monde apprenne à se connaître. Jouer avec les qualités de chacun. Le secteur offensif a été pas mal chamboulé. Je ne me fais pas de souci car on a des joueurs de qualité et ceux qui sont arrivés en ont aussi. Ça va venir mais parfois, ça demande un peu de temps.

Une bonne concurrence fait avancer un groupe, une équipe. Tout le monde a envie de jouer, essaie d’être le meilleur possible. Depuis quelques années, le recrutement a été bien fait. J’espère que ce sera encore le cas cette saison mais la réponse, on l’aura dans quelques mois. Le PSG est vraiment au-dessus et va survoler le championnat. Si cette fois on pouvait les éviter en coupe.... J’espère qu’on ne sera pas trop loin du podium. Beaucoup d’équipes peuvent y prétendre : Monaco, Bordeaux, Rennes, Lyon, Marseille. On fait partie de ce groupe. Ça va être chaud.

Les sifflets contre Bastia, ça nous a atteints sur le moment. La fin du match a été tendue, sur le terrain, dans le vestiaire aussi alors qu’on avait gagné et fait une super-semaine. Même si on était deux de plus, mais avec des blessés dans l’équipe, ça m’allait très bien de gérer le match et de faire tourner.

Maintenant c'est arrivé. Et puis tout le monde ne siffle pas.
Je comprends ceux qui vienne voir un spectacle. C'est dommage de se faire sifflet lorsqu'on gagne à domicile son huitième match du mois d'août par 35 degrés en ayant joué trois jours avant. Cela dit, il n'y a rien d'alarmant par rapport à ce que j'ai pu connaître à une autre époque (sourires)..
Pour résumer, on ne fait pas toujours ce que l'on veut dans un match. On essaye de donner le maximum mais parfois on n'y arrive pas. Du coup, la fin a été tendue, sur le terrain, dans le vestiaire aussi alors qu'on avait gagné et fait une super-semaine.
Les 15 jours de trêve ont fait du bien. Ce sera oublié. De mon côté, ça l'est. Pas de souci."

P