28 juin 2022
Actualité

Lilian Compan ne ferme pas la porte à un retour dans le Forez !

Lilian COMPAN - Caen / Brest - 08.08.2006 - 3eme journee de Ligue 2 - Stade Malherbe - Photo

Lilian Compan a toujours été un peu à part dans le coeur des supporters. Buteur efficace, il n'a pourtant jamais eu l'étiquette de star au sein de l'ASSE. Davantage classé dans la rubrique des besogneux, il évoque dans Le Progrès son passage à St-Etienne et ne cache pas son attachement au club...

Lorsque Lilian Compan explique qu'il a toujours eu la volonté de revenir à St-Etienne après avoir été poussé vers la sortie, c'est une façon pour lui de de tenter de cicatriser une plaie que l'on sent toujours ouverte. "Je ne voulais pas partir, même si j’étais blessé, j’allais revenir. Je ne sais pas qui, pourquoi, comment on m’a poussé vers la sortie… Quand on a envie de rester mais qu’on ne sent pas cette envie de l’autre côté, il faut prendre une décision. J’ai dû la prendre à contrecœur." Après être arrivé en 2002, alors que les Verts sortaient d'une saison de Ligue 2 durant laquelle ils venaient d'éviter la relégation (ndlr : 17ème place), Lilian Compan a fait partie du groupe qui a ramené les Verts en Ligue 1 à l'issue de la saison 2003/04.

"La première année c’était très compliqué. Le jeu n’était pas flamboyant. Quand on monte fin 2004, si on me l’avait dit deux ans avant, je ne l’aurais pas cru." 

Pourtant, les Verts, pas les plus talentueux mais tous fédérés derrière un projet de jeu mené par Frédéric Antonetti, réussissent l'exploit de monter en Ligue 1 alors que personne ne les y attend. Cette saison 2004/05 sera celle de toutes les désillusions. Chouchou du stade Geoffroy Guichard, Lilian Compan qui a inscrit 28 buts en 99 matches à l'ASSE, n'apparaît cette saison-là que par intermittence... Moins de 500 minutes de jeu durant lesquelles il trouve tout de même le moyen d'inscrire 4 buts. L'un d'eux marque la fin de sa carrière stéphanoise. Sur la réduction du score, à la 88ème minute de jeu, Lilian Compan se blesse à la jambe et ne reportera plus jamais le maillot stéphanois.

A lire également :  🗣 Anthony Briançon, un vrai choix de Laurent Batlles !

"Je pense que certains n’avaient pas le niveau"

En 2015, Lilian Compan qui termine sa carrière à Cannes après avoir porté les maillots de Caen et Montpellier, revient à St-Etienne comme recruteur. Rapidement, il passe ses diplômes et devient entraîneur au centre de formation. Il coache notamment les deux pépites défensives stéphanoises : Wesley Fofana et William Saliba. Il raconte : "On était une belle équipe de jeunes coaches qui était là pour apprendre et progresser. Laurent Batlles, Jérémie Janot, moi… On faisait du bon travail et on s’entendait très bien. On fait énormément confiance aux jeunes."

Pourtant, en 2018 Lilian Compan quitte l'ASSE avec amertume... "Les anciens Verts dérangeaient, en gros. Chacun notre tour on a été poussé vers la sortie parce qu’on était gênants pour certains. On pouvait peut-être prendre la place d’autres personnes." A cette époque, Christophe Galtier quitte l'ASSE et Oscar Garcia arrive. Julien Sablé prend alors la direction du centre de formation en lieu et place du très compétent Philippe Guillemet...

C'est un deuxième départ raté pour Lilian Compan. Un de ceux qui vous laisse autant de regrets que d'aigreur. Aujourd'hui directeur sportif du club de Hyères dont le président n'est autre que Mourad Boudjellal, Lilian Compan participe à la renaissance du football Varois avec son club qui évolue aujourd'hui en National 2.

Ce la n'a pas empêché l'ancien attaquant des Verts de porter un oeil attentif à la saison stéphanoise, conclue par une relégation : "Il y a des limites, et elles ont été atteintes. Je pense que certains n’avaient pas le niveau." Un constat implacable. Et lorsqu'on lui demande s'il souhaiterait rejoindre Laurent Batlles à l'ASSE pour retrouver son compagnon du centre de formation, il ne fait pas de mystère sur son envie de retrouver le Forez : "Je ne sais pas s’il veut encore de moi (rires). Mais si ça devait se faire, je ne réfléchirais pas très longtemps..."

P