6 octobre 2022
Actualité

L'analyse de #PSGASSE (J4) : "Une équipe en progrès"

C’est avec le plein de confiance que les Verts se rendaient dans la nouvelle dimension du football hexagonal. Un monde d’écart entre les deux clubs sur beaucoup de plans mais qu’importe, l’intérêt n’était pas là pour le peuple vert. Il s’agissait plus de confronter les récents progrès à une équipe de niveau international, sans la pression du besoin de points.

Oscar Garcia regrettait que ce choc arrive si tôt dans la saison car il pensait pouvoir contrarier davantage cette magnifique équipe avec une équipe plus rôdée. Ce qu’on a pu voir hier soir lui a plutôt donné raison.

Pour l’occasion, le coach stéphanois avait concocté plusieurs surprises dans la composition de départ. Il optait pour la première fois de la saison pour une défense centrale à trois composée de Perrin, KTC et RPG. Ce dernier étant préféré à Lacroix dans ce rôle. Alors, on peut se dire qu’il s’agit d’un message négatif envoyé à Lacroix sur ses perspectives de temps de jeu. Mais je verrais personnellement plus un choix dicté par les excellentes performances défensives de RPG et la volonté d’avoir un ailier droit porté vers l’avant afin d’évoluer en 3-4-3. Et dans ce registre, on peut penser que Janko a un profil plus offensif que RPG. Force est de constater que ce trio central a parfaitement fonctionné, ne concédant que peu d’erreurs et étant très rarement pris de vitesse. Avec Selnaes livrant une de ses plus belles prestations sous le maillot vert et le jeune Maïga étonnant de maturité, tous deux en sentinelle devant le trio défensif, Neymar n’a jamais eu l’occasion de vraiment briller de manière individuelle. Certes probablement pas dans son meilleur jour, le brésilien n’a ébloui le match que par moments. Et pourtant, il est impliqué sur les trois buts : voilà ce qu’est un joueur de classe mondiale.

Le plan de jeu était clair : laisser très peu d’espaces derrière, densifier l’axe de la défense où le PSG aime combiner, défendre en avançant, et exploser à la récupération du ballon pour contrer. Le plan était presque parfait… presque. En première mi-temps, de nombreuses récupérations ont permis d’amorcer les contres souhaités par Garcia. Le jeu de transition au milieu, quoiqu’un peu lent parfois, était bien mieux rodé que la saison passé. Mais par contre, on peut encore regretter trop de déchet technique, surtout de la part des latéraux. Ils compensaient par leur débauche d’énergie mais leur rôle était primordial dans ce schéma et ils n’ont pas assez apporté. Et puis surtout, en possession dans les 30 derniers mètres adverses, les attaquants ont fait beaucoup trop de mauvais choix dans l’avant-dernier ou le dernier geste. Si Dabo a encore été très bon dans son rôle de milieu relayeur, il n’a pas été assez lucide dans la zone de vérité adverse. Bamba bien lancé en profondeur à deux reprises aurait pu être décisif. Si on peut lui reprocher son manque de conviction sur la première occasion, c’est Areola qui sauve bien son but sur la deuxième. Et que dire d’Hamouma qui n’a été bon ni à la récupération, ni en phase offensive. Il sauve souvent ses prestations en étant décisif, mais encore une fois ça n’a pas été le cas hier et il aurait peut-être été intéressant de le remplacer plus tôt dans le match.

A lire également :  Debuchy, KMP, Moulin : leurs départs ont-ils été préjudiciables ?

Et puis comme à chaque match depuis le début de saison, le plan de jeu d’Oscar Garcia a encore été à l’origine d’une énorme débauche d’énergie pénalisant l’équipe en deuxième mi-temps. Alors il est vrai qu’il n’y aura pas le PSG en face tous les week-ends mais le collectif s’est éteint, peut-être sonné par le deuxième but parisien. Il est d’ailleurs dommage d’être aussi appliqué en phase de jeu, puis tout gâcher en étant aussi inattentif sur ce coup de pied arrêté.

Dès lors, la fin de match devenait peu intéressante. Les Verts émoussés n’évoluaient plus que dans un 5-4-1 avec lequel on ne peut pas mettre en danger cette équipe parisienne. On ne le sait que trop bien depuis les années « Galtier ». C’est donc logiquement que les Verts craquaient une troisième fois en toute fin de match. La première fois de la saison sur phase de jeu, où RPG était cuit et Lacroix, pourtant frais, pas exempt de tout reproche.

Je retiens donc qu’il existe une marge de progression, à la fois dans la transmission et dans la finition. Et pour cela, il faudra absolument gommer le déchet technique, améliorer les automatismes et que les attaquants haussent leur niveau de jeu. Et la potentielle dernière recrue estivale n’apportera pas l’ensemble des solutions.

Mais on a vu une équipe solide, bien organisée, toujours décidée à appliquer les consignes tactiques de son coach notamment dans un nouveau schéma. Il est indéniable qu’elle est transformée depuis l’arrivée d’Oscar Garcia. La défense pour laquelle j’avais émis des doutes après le match contre Amiens a été très solide. Elle n’a concédé un but dans le jeu qu’à la 90ème minute et c’est une performance à relever face à une telle équipe. Et le milieu de terrain est très performant dans la récupération.

Garcia avait raison. Malgré la défaite, on voit cette équipe prendre forme et progresser. Sûr qu’elle sera de plus en plus difficile à battre.

P