Accueil » Kévin Malcuit : « Les supporters de Saint-Etienne, comparé à Lyon… »
Actualité

Kévin Malcuit : « Les supporters de Saint-Etienne, comparé à Lyon… »

Interrogé dans le Progrès avant la trêve internationale, Kévin Malcuit est revenu sur le Derby et son bon début de saison. On sent un joueur bien dans ses baskets, mâture et motivé !

« La défaite dans le Derby ? Ça nous reste en travers de la gorge. On avait à cœur de faire un résultat, pour nous mais aussi surtout pour nos supporters. Ce qu’ils ont fait à L’Etrat, quand on est parti la veille du derby, c’est incroyable. Il n’y a que dans ce club où l’on peut voir ça. Même si on a réalisé un bon match, on est dégoûté d’avoir perdu. Heureusement, il y a un match retour. On les attendra à Geoffroy-Guichard, avec tous les supporters derrière nous.

Un derby reste un match spécial. Qui dit derby, dit des petites embrouilles, des petites chamailleries. Sur le terrain, je n’irai pas jusqu’à dire que ça s’insulte, mais ça branche oui. On sent bien qu’on n’est pas là pour rigoler. Le stade est beau, on ne peut pas dire le contraire. Mais ça ne vaut pas Geoffroy-Guichard, jamais de la vie. Les supporters de Saint-Etienne, comparé à Lyon, il n’y a pas photo.

Le derby est passé, on va se remettre au travail et se concentrer sur la réception de Dijon. On va récupérer des joueurs, des cadres, c’est cela le plus important. Cela va permettre d’en faire souffler d’autres. Le sommeil, l’alimentation, il faut être vigilant toute l’année. Une bonne hygiène de vie est nécessaire pour ne pas être blessé. On est des pros, on sait qu’il faut bien dormir, bien s’alimenter. On n’a pas besoin que le coach nous le dise.

J’ai la confiance du coach, j’essaie de la lui rendre sur le terrain. Si j’ai joué autant de matchs, c’est que je m’en suis donné les moyens. Pourvu que ça continue. Je pense, oui. Avant, je n’étais pas trop foufou, mais j’allais toujours à 2000 à l’heure. Tu arrives dans un nouveau club, tu essaies de te montrer. Tu fais les choses à fond. Parfois, il faut savoir calmer le jeu, revenir en arrière. Avec le temps, tu prends de l’expérience, tu arrives à te canaliser. J’ai su rester patient. Aujourd’hui, je trouve que je suis plus concentré sur les actions, dans la gestion de mes matchs. Je travaille ça avec les coaches. J’ai encore des trucs à apprendre, des lacunes à éliminer. »

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite