20 mai 2022
Actualité

Flash : Aucun groupe de supporters ne fera le déplacement à Paris !

Il n'y aura finalement aucun supporters stéphanois dans le parcage "visiteurs" ce dimanche au Parc des Princes. L'ensembles des groupes historiques de supporters a ainsi pris la décision de ne pas se rendre dans la capitale. Il est évident que les motivations sont liées au prix des places réservées aux supporters et aux conditions d'accueil au Parc des Princes.

Déjà au printemps dernier, aucun groupe n'avait effectué le déplacement lors notamment de la demi-finale de coupe de France.

Il devient insupportable de constater que la passion de centaines voire de milliers de supporters est mis à mal par la politique tarifaire pratiqué au Parc des Princes. Les supporters font de gros sacrifices toute l'année et ne comprennent pas non plus qu'on puisse les traiter comme des voyous des les stades.

En avril, le message était clair : "On ne vient pas en guerre au Parc. Ce sont des gens qui se déplacement de partout en France qui auraient aimé voir ce match… Mais quand quelqu’un qui organise un déplacement n’a pas vraiment de quoi le préparer, et quand on lui dit que ça va lui coûter au moins 50 euros juste pour le prix de la place, je suis désolé mais c’est inadmissible. On aimerait tout simplement être accueilli comme des individus lambda, être considéré comme des supporters respectables. On a le droit de se déplacer n’importe où en France sans avoir des conditions inadmissibles."

A lire également :  ⚪🔴 Ajaccio amoureux de Jean-Philippe Krasso

Pêle-mêle, voici ce que les groupes reprochaient en avril aux organisateurs du Parc des Princes : "restriction du parcage de 2000 à 800 places sans explication , interdiction de rentrer tambours, mégaphones, bâches et drapeaux au Parc, obligation de fournir une liste détaillée avec nom, prénom, date de naissance, numéro de carte nationale d’identité (ou passeport) et fin de validité du titre à des entités non habilitées à le demander, aucune information quant aux consignes de sécurité à J-6 (…) avec le risque d’avoir une obligation de se rendre en bus au Parc et l’impossibilité de distribuer les places sèches ailleurs qu’à un point de rendez-vous éloigné de la capitale."

On comprend mieux leur décision... Qui payerait pour un week-end pareil !

P