21 mai 2022
Actualité

[Exclusif] Bernard Caïazzo : "Pour revenir dans le top 5, avons-nous d’autres choix que d'effectuer des séries de victoires ?"

Bernard Caïazzo, le président du conseil de surveillance de l'ASSE, a dressé pour nous un bilan à mi-saison. Sans détour, il explique ce qu'il a pensé des prestations stéphanoises depuis le début de la saison et ce qu'il espère d'ici la fin du championnat. Cette première partie d'entretien nous permet d'aborder avec Bernard Caïazzo la situation des Verts à la trêve et la qualité de jeu de l'ASSE.

Peuple Vert : Tout d’abord, pouvez-vous dresser un bilan de cette première partie de championnat ?

Bernard Caïazzo : Mon sentiment est que nous avons deux ASSE. L’ASSE invaincue en Coupe d’Europe qui termine première de son groupe et va rencontrer Manchester United lors de deux matchs que tous ceux qui aiment le football veulent voir. Mais il y a également l’ASSE de Ligue 1 qui déçoit avec 26 points à la trêve, à 4 points de l’objectif.

Deux victoires contre les promus Dijon et Nancy, à domicile, auraient permis d’atteindre cet objectif. Sans compter que dans le jeu, nous sommes toujours dans la réaction. Il faut être mené pour se lâcher offensivement. Et pourtant, chaque fois que l’équipe s’est lâchée, on a vu un meilleur jeu.

Qu'est-ce qui explique la différence entre les résultats obtenus en Europa League et ceux en championnat ?

Déjà remarquons en regardant les équipes qualifiées en Europa dans les autres grands championnats qu’une majorité d’entre elles sont en difficulté comme l’ASSE.

En Allemagne, Mayence est 8ème, le Borussia Mönchengladbach est 13ème et Schalke est 11ème. En Italie, la Fiorentina est 8ème. En Espagne Bilbao est également 8ème et le Celta Vigo est 11ème. Même Manchester United, au budget dix fois supérieur à celui de l’ASSE, n’est que 6ème.

Conclusion : 90 pour cent des clubs engagés en Europa League, qui ont joué les jeudis et les dimanches, ne sont pas top 5 de leur championnat à mi-saison. Pourtant, pour se qualifier, il fallait l’être ! Jouer l’Europa League le jeudi est un handicap pour le championnat le dimanche. Est-ce un handicap physique ? Psychologique ? Les deux sans doute. Sans dix matchs d’Europa au compteur j'ai la conviction absolue que l’ASSE serait top 5 de Ligue 1 à la trêve. Zlatan Ibrahimovic a d’ailleurs déclaré que jouer le jeudi et le dimanche est un vrai handicap pour Manchester United.

Entendez-vous les supporters qui en veulent plus, notamment au niveau de la qualité de jeu et qui en ont assez d’entendre parler de fatigue ?

Bien sur mais nous les premiers nous pensons que l’ASSE ne produit pas assez de jeu offensif. Et pourtant nos joueurs sont capables de le faire.

À Lorient, nous démarrons bien le match mais il y a l'expulsion de Jessy Moulin. Nous nous retrouvons à dix et nous nous mettons à défendre à huit dans la surface. C'était sûr qu’on pendrait un but. A un à zéro contre nous, nous commençons alors à jouer de façon plus offensive et on est meilleurs, même à dix. En deuxième mi-temps, on recommence à mettre le cul derrière alors que nous sommes menés ! Pourquoi... ? A la fin du match même à dix on a posé des problèmes à Lorient qui n était pas bien et on sort du match avec des regrets pour ne pas avoir joué notre chance à fond.

A lire également :  🚨 #FCNASSE : Le groupe avec deux retours !

J'ai remarqué que le plus souvent, quand on prend un but, on a minimum quatre défenseurs dans notre surface !! La meilleure défense c’est l’attaque. Après il faut être objectif dans l’analyse : combien de matchs nos  trois meilleurs attaquants ont joué ensemble en 2016 ? Beric-Tannane-Hamouma n’ont presque jamais joué ensemble ! A Mayence, nous avons joué les dix dernières minutes avec Tannane et Hamouma sur les côtés et Beric et Soderlund devant. On a mis le feu pour égaliser ! Cela prouve que l’ASSE est capable de produire du jeu.

A Anderlecht pareil : trois buts en 12 minutes !!

L’avantage de n’avoir que 26 points est que nos joueurs vont devoir jouer pour gagner chaque match, et ce dès janvier à Lille. Pour revenir dans le top 5 avons-nous d’autres choix que d'effectuer des séries de victoires... ?

L’argument de la fatigue ou des absents est avancé pour expliquer le jeu des Verts. Contre Nancy on a vu des stéphanois qui avaient de l’envie, des jambes mais incapables de conclure leurs occasions. Le problème n’est-il pas au niveau de la qualité de l’attaque ?

Contre Nancy parmi les trois meilleurs attaquants seul Romain Hamouma joue. C’est le 30ème  match de la saison et les garçons ont appris la veille le forfait de Robert Beric, ce qui n’est pas la meilleure chose pour être en confiance et marquer des buts.

A l'arrivée, on se retrouve à prendre un point alors que dans des conditions normales, on doit en prendre six contre Lorient et Nancy. Même en jouant sans les blessés l’ASSE doit battre Lorient et Nancy à condition de ne pas se mettre à l’envers, car la confiance est un élément déterminant. La saison passée, avec Neal Maupay ou Valentin Eysseric, on avait dans des situations similaires un but de renard ou un coup franc qui nous permettait de prendre des points. Après en football, l’attaque ce n’est pas un joueur ou même trois attaquants. C'est un bloc qui joue haut avec un pressing du milieu intense donc n’est-ce pas toute l’équipe qui est concerné ?

Suite de l'entretien en fin de journée. Nous aborderons le mercato d'hiver, la situation de Christophe Galtier et les objectifs de fin de saison.

P