22 mai 2022
Actualité

Pas de supporters Niçois ? Désolant et pourtant tellement prévisible !

On ne peut se réjouir de cette nouvelle interdiction de déplacement pour les supporters Niçois. On le sait, il y a deux saisons des échauffourées avaient émaillé un Nice-ASSE. On le sait également, les supporters des deux villes ne cultivent pas de grands liens d'amitié. Cependant ne pourrait-on pas s'asseoir autour d'une table et discuter plutôt que de copier-coller les arrêtés années après années...? Le problème c'est que les autorités peuvent régulièrement s'appuyer sur les comportements d'abrutis pour justifier leurs décisions... 

Le 20 novembre prochain, à l'occasion d'ASSE-Nice, la préfecture de la Loire interdit à « toute personne se prévalant de la qualité de supporter de l'OGC Nice ou se comportant comme tel l'accès au stade Geoffroy-Guichard et à ses abords », car « un antagonisme fort oppose depuis plusieurs années une partie des supporters ultras des clubs, à l'origine de troubles graves à l'ordre public ». D'après l'arrêté pris par le Préfet de la Loire, « la mobilisation des forces de l'ordre ne permet pas d'assurer la sécurité des personnes, notamment des supporters eux-mêmes. »

Le club de Nice évoque une décision qui pourrait entraîner "l'incompréhension et le ridicule" hors de nos frontières :

A lire également :  EDF U17 : Ayman Aiki s'illustre à l'Euro des U17 !

"Espérons que nos voisins européens n'y prêteront pas attention et que les Autrichiens de Salzbourg, qui se sont régalés de l'ambiance proposée par les 1260 supporters du Gym au mois d'octobre, ne regarderont que le jeu. Faute de quoi l'incompréhension et le ridicule frapperont une nouvelle fois."

Afin d'être totalement honnête, il faut également avouer que le comportement de certains n'arrange pas les choses. La semaine dernière, Bastiais et Lyonnais ont offert des scènes pitoyables du côté de Lyon. Voilà qui n'encourage pas les autorités à lâcher la bride.

Et quand ces abrutis en rencontre d'autres, on finit inévitablement par obtenir la scène que nous avons repris ci-après. Qui de mieux que M. Brassens pour illustrer ces scènes désolantes ?

 

P