Actualité

#Coronavirus : Le football professionnel français vers une banqueroute ?

 

Bernard Caïazzo a répondu à une interview pour Le Parisien-Aujourd'hui en France dans laquelle il explique à quel point le football français et européen pourrait être impacté financièrement par la crise sanitaire que nous traversons. Si la santé des personnes reste une priorité, une fois passée cette crise il faudra qu'il y ait des emplois. Rien ne garantit pourtant que le football français soit en capacité de créer autant d'emplois après la crise qu'avant...

Si en ce moment on se réunit tous les deux jours, c’est parce que nous sommes dans une situation de guerre, pour reprendre l’expression du président de la République. Il faut sauver le football français. Je dirais même qu’il faut sauver le football européen. On est dans une situation sanitaire très grave, on y pense tous. Mais il est de notre responsabilité de continuer d’avancer en réfléchissant à l’avenir.

Nous avons la chance de compter beaucoup d’entrepreneurs et de chefs d’entreprise parmi les présidents. Ce sont des visionnaires, ils savent anticiper. Aujourd’hui, nous avons plusieurs scénarios possibles. Soit on arrive à tout finir avant le 30 juin, soit on continue en juillet, août ou même septembre, en débordant sur la prochaine saison. La priorité, c’est de terminer la saison. Pour le reste, on trouvera des solutions.

L'UEFA a demandé à chaque pays de faire tout son possible pour finir avant le 30 juin. Si ce n’est pas possible, on trouvera d’autres solutions. Je peux dire en tout cas qu’il y a une unité nationale entre toutes les entités pour sauver le foot français, même si cela peut paraître dérisoire vu la souffrance de certains de nos concitoyens.

Il y aurait des conséquences désastreuses, avec des pertes financières estimées aujourd’hui à 500 millions d’euros. Et une deuxième vague de 400 millions d’euros de manque à gagner à prévoir sur le mercato car la France est un pays formateur, qui a besoin de vendre pour équilibrer ses comptes. Mais comme les autres championnats, comme l’Angleterre, vont également être fortement impactés, ils seront forcément moins acheteurs. Au total, le football français pourrait se retrouver avec près d’un milliard de pertes. On pourrait vite se retrouver en situation de banqueroute. Il y a une énorme inquiétude, mais on est capable de faire face. Il faudra être capable de rebondir dès qu’on retrouvera une vie normale.

 

Dans une entreprise, quand vous n’avez plus de rentrées d’argent, c’est comme quand vous n’avez plus de sang neuf dans votre corps. Comme l’a dit le patron de la Bundesliga : « Notre produit n’existe plus. Nous n’existons plus. » Aujourd’hui, tous les secteurs sont paralysés. La priorité est de vaincre cette saloperie de virus. Ce n’est qu’à ce moment-là que l’économie se remettra en route. Le paramètre le plus important est la date de fin de la pandémie. Mais personne ne le maîtrise.

Bernard Caïazzo - Le Parisien - Aujourd'hui en France

Crédit photo : Icon Sport

6
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
4 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
NoamDidier42jeanRocky43Noam Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
larino
Invité

j'avais envie de vous mettre un like pour la qualité de vos écrits,de vos analyses et de votre travail… https://t.co/HJfJ6qpvra

Noam
Invité
Noam

Occupe toi de t'on club qui sera certainement t'a dernière saison
Chez les verts. Si l'asse va en ligue 2
Il y aura des conte à rendre à la fin. De toute les erreur accumuler depuis 15 ans
2004 hein

jean
Invité
jean

tu es qui toi noam pour demander des compte a une entreprise privée c est pas ton pognon alors ou tu acceptes et tu encourages l ASSE ou tu vas ailleurs

Noam
Invité
Noam

il y aura des compte à rendre à la fin de la saison, surtout si l'asse va en ligue 2, le club ne leur appartient pas, des actionnaire ça restera des ambition et des investissement importent, ce n'est pas le cas depuis 15 ans, alors pourquoi s'accrochent il bizarre très bizarre certainement pour emmerder le monde et les Supporters encore une fois,

roky43
Membre
roky43

il s'avère fort exact que de trés nombreux clubs français qui n'ont pas le support médiatique et marketing d'un PARIS, LYON, MARSEILLE où L' ASSE vont être à la peine et éprouveront de grosses difficultés à équilibrer leur budget, car tous les clubs comme DIJON, AMIENS, NIMES, où BREST ne possèdent pas de jeunes joueurs talentueux à vendre au plus offrant pour espérer une rentrée d'argent salutaire

Didier42
Invité

Vous critiquez AULAS qui met le feu en cette période de crise. Vous dénoncez également Bernard Lions, m… https://t.co/zMxDtGUjoS

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

P