Actualité

Claude Puel : "J’aimerais bien que l'ASSE joue la Ligue des champions dans cinq ans !"

Claude Puel, si certains en doutaient, est un entraîneur qui aime le beau jeu, les beaux joueurs et possède une recette pour élever le niveau général d'un club. Il dévoile dans France Football le plan de bataille qu'il a toujours mis un point d'honneur à appliquer dans tous les clubs par lesquels il est passé. L'ASSE ne fait pas exception, et si tout va bien, cela augure de beaux jours pour notre club... Extraits.

Je n’aime pas me retourner en arrière et je déteste ceux qui pensent : “C’était mieux avant.” Mais, clairement, il y avait beaucoup plus de qualité technique à cette époque. On mettait aussi le collectif en avant. Ce qui me frappe désormais, c’est ce manque de justesse et d’intelligence dans le jeu, de fluidité et de talent, de créativité mais aussi d’efficacité. À un moment, sans pouvoir dire où se situe exactement le point de bascule, on s’est mis à rechercher des profils plus physiques, avec de la vitesse, de la puissance et, petit à petit, on en est arrivés là. Si Platini avait été un joueur physique, vous croyez qu’il aurait eu une telle dextérité ? Et si Thierry Henry ou Kylian Mbappé n’avaient pas eu cette base technique avant d’acquérir la justesse et la puissance, vous pensez qu’ils seraient devenus champions du monde à 20 ans ? Ce qui me gêne, c’est que dans la plupart des centres de formation, on continue de privilégier l’aspect physique. On perd ainsi en route beaucoup de gamins intéressants. Des petits gabarits, souvent, qui se développent physiquement plus tard et ne peuvent pas exister dans un football de combat et de duels, où on ne les comprend pas, mais qui, en revanche, sont créatifs, savent prendre l’info, se démarquer, combiner, proposer des solutions et qui voient tout déjà avant les autres.

Inévitablement, cela rejaillit sur le contenu et le niveau des matches, sur la qualité de jeu collectif des équipes, même sur la façon dont on marque les buts et finalise les actions. Désolé, mais au très haut niveau, la qualité technique fait toujours la différence. J’étais pourtant un défenseur et un compétiteur dans l’âme, mais je préférerai toujours un joueur moins rapide et puissant mais plus intelligent et plus technique... Parfois, je me demande si on se pose les bonnes questions et si on raisonne encore en termes de jeu. Quel type de jeu veut-on ? Avec quels profils, quelles qualités ? Qui fait le recrutement, les dirigeants, les entraîneurs, les recruteurs ? Je ne pense pas qu’il y ait toujours une vraie réflexion. Moralité, je vois certaines équipes pleines de bonne volonté et soucieuses de créer du jeu, de mettre le ballon au sol, de bien repartir de derrière, de faire des enchaînements et des décalages. Mais comme elles n’ont pas les joueurs pour le faire ni la qualité technique suffisante pour concrétiser, c’est juste impossible d’y arriver. On peut toujours s’extasier devant ce que font Guardiola à Manchester City ou Klopp à Liverpool, mais à un moment, il faut assumer.

Ces équipes-là ont la possibilité d’avoir les meilleurs joueurs du monde, O.K. Mais qu’est-ce qui leur permet d’avoir un jeu complet, en attaque rapide comme face à des blocs bas renforcés, de comprendre toutes les situations, de se sortir du pressing adverse et de résoudre tous les problèmes ? La qualité technique à chaque poste, jusqu’au gardien. On ne peut pas prendre des joueurs à dominante physique, qui ont du mal à réussir un bon contrôle, une bonne passe, un bon décalage, une bonne frappe, ou simplement qui ne possèdent pas la bonne gestuelle devant le but ou dans les vingt derniers mètres, et espérer développer du jeu. C’est une simple question de bon sens et de cohérence. Combien de fois je vois des situations où une équipe a réussi à déséquilibrer son adversaire sans pouvoir ensuite marquer ni même se créer une occasion, parce qu’elle ne parvient pas à exploiter la situation, parce qu’elle n’a pas la qualité de centre, de déplacement ou de passe dans le bon tempo... On en revient toujours là : la technique, la créativité et l’intelligence de jeu n’ont pas de prix.

Contrairement à d’autres pays, on a la chance de pouvoir former différents profils de footballeur. Il n’est pas interdit d’avoir des joueurs puissants et rapides, qui poussent leur ballon et font des différences individuelles. Mais si on travaillait davantage la technique, l’anticipation ou la lecture du jeu, je suis sûr qu’on pourrait prendre de l’avance sur tous les autres. C’est dommage et je ne me satisfais pas de cette situation. Même si on est le pays champion du monde...

Qu’est-ce qui m’intéresse ? Essayer de challenger les grosses équipes avec des moyens différents et avec certains profils, techniques, pas terminer au milieu du classement avec du jeu direct et un football de combat. Trouver les joueurs pour accompagner le développement du club et les amener à maturité, comme je l’ai fait à Lille et à Nice, où je voulais revenir au foot que je voyais à l’époque de Huck, Guillou et Jouve, quand j’étais gamin au centre de formation de Monaco. Et comme j’avais commencé à le faire aussi à Leicester en deux mercatos, le premier pour réduire l’effectif, le second pour prendre des joueurs techniques à chaque poste. La saison passée, on avait gagné à Chelsea, battu Manchester City et fait match nul à Liverpool, mais à un moment, les dirigeants ont manqué de patience et décidé d’appuyer sur le bouton... C’est la même idée et la même logique avec Saint-Étienne. Je ne m’arrête pas aux difficultés actuelles et je sais que le défi et l’exigence sont énormes. Mais j’aimerais bien que cette équipe joue la Ligue des champions dans cinq ans. Même si je ne suis plus là et que je n’en profite pas. Ça, ça fait partie du foot.

Claude Puel - Source France Football

Crédit photo : Icon Sport

9
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
7 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
7 Auteurs du commentaire
noamLionelDucbrousse jean marieDid I Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
baaaah42
Invité

Le projet est fou mais nous, peuple vert, on a besoin de folie et de rêver !!

carl
Invité

Même avant !!

Did I
Invité

Moi j aimerais bien qu ils la jouent dans 2 ans!

Noam
Invité
Noam

Jamais en tout cas pas avec les 2 clowns
Ce club manque d'ambition voilà pourquoi
Gasset s'en va. 0 buteur depuis 6 ans t'appelle ça sérieux pour un club comme le notre la honte

Noam
Invité
Noam

Dans 5 ans l'asse ne sera pas en ligue des champions. l'asse sera mord dans le football français. Tant que les 2 clowns seront à la présidence l'asse fera rien de bien. Ce n'est pas avec des mec de Nîmes
Ou autre que l'asse y'ira loin. Regarde les
Ancien verts comme cohade gradel maiga. Tous pour le maintien. C'est pas comme ça qu'on va rêver et que l'asse retrouvera la petite musique. À force de prendre des joueurs moyens ou mauvais l'asse sera toujours condamné. L'asse passera jamais le cap. Hein monsieur caiazzo gros menteur. Assume t'es responsabilité pour une fois depuis 2004. Sa fait des années oui dans 5 ans la ligue des champions il y aura une équipe. Sa fait 16 ans toujours la même choses le club stagne stagne. Ras le bol vendez le club qui aime ce club pour le faire grandir

brousse jean marie
Invité

Rêve donc Il faut d’abord que les deux papies ouvrent le coffre à Dollars sinon !!! 🐊👍

noam
Invité
noam

il faut surtout que les 2 papiers dégage, meme en ouvrent le coffre à dollars, ça sera insuffisant pour espérer, l'asse restera très pauvre par rapport au concurrent du top 5,

Duc
Membre
Duc

J'AIME son discours...

On se demande pourquoi Lyon Monaco vendent des joueurs très chers....

Tout simplement parce qu'ils ont des joueurs technique dans leur centre de formation ou dans leur choix de recrues.

Le petit Cherki qui affole tout le monde ... Pied gauche pied droit à 16ans

Lionel
Invité
Lionel

Super discours !
il aurait pu dire dans 10 ans ....
Franchement n'importe quoi ces visions à 5 ans , alors que le foot va tellement vite d'une année à l'autre ...
La question n'est pas quand , mais comment !

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

P