2 octobre 2022
Actualité

Christophe Galtier : "Si on continue comme ça, on n’ira pas très loin !"

Christophe Galtier a surpris son monde en parlant de maintien à l'issue de la défaite face à Caen. Un objectif bien loin de celui avoué depuis le début de saison, à savoir terminer européen. Une façon de piquer ses joueurs et de détourner l'attention sur lui afin de travailler sereinement...

"Heureusement que je surprends encore après huit ans au club. Ce n’était pas pour freiner les ardeurs, mais pour dire que si on continue comme ça, on n’ira pas très loin. Je veux bien qu’on s’appuie sur la défense, mais pour avancer, il faut gagner et donc marquer. Contre Caen, on aurait pu jouer une demi-heure de plus, on n’aurait pas marqué. Certains ont été en dessous de leur niveau, mais ce n’était pas volontaire. Il restait peu de carburant à certains, d’autres étaient plus frais mais n’ont pas élevé leur niveau de jeu pour battre Caen. Dans chaque rencontre, il y a des satisfactions et des déceptions. C’est l’histoire d’un match. Il en reste 11 sur lesquels travailler et il ne faut pas regarder ceux qui sont déjà passés. J’ai rencontré quelques joueurs cette semaine. Il faut avoir un esprit de compétiteur, être plus forts mentalement, plus déterminés pour faire en sorte que l’équipe gagne quand on est sur le terrain.

L’objectif du club et des joueurs est d’être européens. Mon devoir est de pérenniser le club en Ligue 1 et, chaque année, nous sommes en Coupe d’Europe. Nous y avons pris goût et nous voulons y revenir. Nous allons nous battre pour la 5e et éventuellement la 6e place. En jouant une fois par semaine, nous allons pouvoir nous mêler à la bagarre. Quand vous multipliez les matches, vous avez de la fatigue qui engendre des contre-performances. Le nombre de matches, l’impossibilité d’aligner certaines associations fait que, offensivement, nous avons eu des contre-performances. Derrière Manchester, il y a eu 4 forfaits, et pas des moindres. Après Dijon, nous aurons pratiquement 3 semaines pour récupérer mais également beaucoup travailler, notamment les automatismes sur des organismes frais, avec une fréquence d’un match par semaine."

Source : Asse.fr / Le Progrès

A lire également :  Les barrages font le plein !
P