4 octobre 2022
Actualité

Bernard Caiazzo et Roland Romeyer vont devoir désamorcer la colère froide de Jean-Louis Gasset !

Jean-Louis Gasset met la pression sur les actionnaires du club. Les promesses faites doivent être tenues, tel est le discours du coach stéphanois qui s'impatiente. D'après-lui, il manque au minimum quatre éléments afin de compléter un groupe extrêmement rajeuni. 

"Aujourd’hui, j’ai douze professionnels et un paquet de jeunes joueurs qui « reposent » les douze pros. Ceux-ci sont à peu près prêts physiquement. Il nous manque quinze jours et un match amical pour peaufiner la préparation physique avec eux.

Quand on m’a demandé de rester la saison dernière pour honorer ma dernière année de contrat, on m’a dit qu’on aurait les moyens d’avoir une bonne équipe. J’ai confiance en la parole des dirigeants qui m’ont présenté un projet chiffré. On va avoir une réunion lundi avec les deux actionnaires car j’ai la sensation qu’il me manque des joueurs. Je n’ai pas demandé un groupe très étoffé, c’est pourquoi j’ai pris tous ces jeunes pour voir qui je pourrais mettre dans le grand bain. Mais il faut un groupe de 16 pros pour bien démarrer la saison tranquillement. Aujourd’hui, il me manque des joueurs. Donc, la réunion de lundi va être très importante. On va voir ce que me disent les gens. Je sais ce qu’on m’a proposé quand j’ai dit que je restais. Je crois qu’on a perdu quatorze joueurs et on en a pris un, c’est Khazri. J’attends impatiemment un défenseur central et deux joueurs de côté, au moins. J’ai demandé 16 pros pour faire une saison et si les gamins ont de la qualité, ils ne sont pas encore prêts pour évoluer au haut niveau, surtout quand le club affiche des ambitions aussi hautes d’aller jouer l’Europe. J’ai besoin d’entendre les actionnaires." (Source : Le Progrès)

A lire également :  🏟 Les barrages vus d’Auxerre

Lundi se tiendra une réunion avec Roland Romeyer et Bernard Caiazzo. Si cette dernière ne donnait pas satisfaction au technicien stéphanois, de grandes décisions pourraient être actées... Mais nous n'en sommes pas encore là...

P