Actualité

Arbitrage : L'ASSE n'a pas de quoi se plaindre après ce week-end !

Nous sommes les premiers à crier au scandale et dénoncer l'incompétence d'un arbitre ou des responsables du VAR lorsqu'une décision nous semble incohérente au regard des images. A l'inverse, il semble honnête d'admettre quand l'ASSE profite d'une situation qui aurait pu (dû ?), en respectant l'esprit du jeu, tourner en faveur de Monaco.

Ce dimanche, à la 72ème minute de jeu, M. Brisard excluait Wesley Fofana pour une faute certes pas méchante mais suffisamment grave pour justifier une expulsion. Jean-Kévin Augustin qui filait au but se voyait légèrement crocheté provoquant son déséquilibre à 25m de la cage stéphanoise. Alors que le jeune Fofana sortait tête basse du terrain, Ryad Boudebouz est parti le rattraper pour lui signifier que rien n'était encore complètement entériné... Le VAR entrait en action afin d'évaluer la position de hors-jeu ou non d'Augustin au départ du ballon... Verdict : hors-jeu et carton rouge annulé ! Au regard des images, il y a tout de même de quoi enrager si l'on est Monégasque. Le hors jeu est jugé pour un (tout petit) bout d'épaule qui SERAIT en position de hors jeu... Dans l'esprit, admettons-le, c'est ridicule. Dans le texte et dans les faits, si le VAR a jugé le hors-jeu réel, on ne peut rien dire. Cependant, ne tombons-nous pas là dans un arbitrage qui va finir par devenir aussi scientifique et précis que le travail d'un ingénieur de la NASA ? Cet extrait d'un article paru ce jour dans l'Equipe tend à le prouver :

L’opération est infiniment minutieuse et délicate. Tout en agissant très vite et sous pression, il faut stopper le ralenti au « premier point de contact du ballon joué/touché » – selon les règles de l’Ifab (l’organisme chargé de déterminer les lois du jeu) – par le passeur. Est-il vraiment possible de saisir ce moment exact ? C’est peu probable à l’œil nu. Pourtant, la différence de position des joueurs, d’autant plus quand ils vont dans le sens inverse, est considérable d’une fraction de seconde à l’autre.

« Toutes les images vont en même temps vers le diffuseur (Canal + ou beIN Sports en L1) et le centre de visionnage, indique Pascal Garibian, le directeur technique de l’arbitrage. Il n’y a pas d’images produites spécialement pour l’arbitrage vidéo. » Pour évaluer la marge d’erreur sur un hors-jeu, prenons le dernier exemple en date, celui d’Augustin. Lors de son appel en profondeur, il atteint une vitesse maximale de 31 km/h sur son sprint*. Selon la fréquence d’images par seconde (de 25, la norme européenne et française, à 120, celle des caméras ultra slow-motion du Mondial 2018), il se déplace alors de 6,9 à 34,4 cm par image. La marge d’erreur peut être réduite avec des outils dernier cri, mais jamais éliminée. Autrement dit : Augustin bouge au moins de 6,9 cm en 0,008 seconde ! D’où l’importance et la difficulté d’appuyer sur pause à l’instant T, au risque de tout changer.

Extrait de L'Equipe du 05/11/2019

Stéphane Lannoy, membre de la DTA, indique de son côté que "le protocole a été respecté" :

« Clairement, ce cas de figure entre dans le protocole de l’Ifab (l’organisme chargé de déterminer les lois du jeu) de l’assistance vidéo, qui a été respecté. Lors de ce match, l’arbitre prend ses décisions jusqu’au bout. Il siffle un coup franc et sort un carton rouge pour anéantissement d’une action de but. Son assistant juge le hors-jeu, et comme celui-ci est extrêmement limite, il laisse l’action se dérouler. Mais il a signalé oralement qu’il y avait hors jeu. Dans le cadre d’un rouge direct (l’une des quatre situations prévues par le VAR), on remonte la bobine jusqu’à la position de hors-jeu, qui avait été signalée et qui est confirmée par la 3D.

Le coup franc est annulé, comme le carton rouge. Mais si la faute commise sur Augustin avait été violente, le rouge aurait été maintenu même s’il y avait hors jeu. »

Au-delà de ce hors-jeu plus que limite, l'ASSE bénéficiait quelques minutes plus tôt de la mansuétude de M. Brisard qui ne sanctionnait pas un duel entre Aholou et Henrichs tourné à l'avantage du premier au bénéfice d'une bousculade très limite elle aussi... S'en suivra une ouverture pour Hamouma et l'ouverture du score par Bouanga.

Si l'ASSE avait la sensation d'être flouée il y a peu par le VAR, elle ne peut en dire autant après ce week-end, soyons honnêtes. Nous n'allons pas nous en plaindre ni expliquer que les erreurs s'équilibrent dans le courant d'une saison. Cependant, cela met en lumière la difficulté de prendre les bonnes décisions, assistance vidéo ou pas, et ôte ce sentiment qui tendrait à laisser croire que l'ASSE est dans le collimateur de l'arbitrage français. Elle ne l'est pas davantage que les 19 autres clubs de L1, il faut s'en persuader.

 

4
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
3 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
noamCHRISTIAN GARNIERRocky43fabrice Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
fabrice
Invité

Euh.... Fofana annihile une action de but? Au moment du contact le contrôle est trop long et la balle perdue.

roky43
Membre
roky43

il s'avère fort vrai que l'assistance vidéo sur l'ensemble des rencontres de ligue1, n'est pas trés performante avec de trop nombreuses erreurs recensés à chaque journée, qui ouvrent le débat de la polémique sur la tricherie substantielle voulue par certains clubs

CHRISTIAN GARNIER
Invité
CHRISTIAN GARNIER

Ne nous voilons pas la face le foot ball n'est plus un sport, avec des règles non plus jugées par l'humain mais par l'informatique et l'image. Les intérêts sont financiers, seuls les clubs riches subsisteront. Ce n'est même plus un spectacle car on n'en est au point d'empêcher les spectateurs de venir au stade, et ceci à cause d'une dizaine d'abrutis qui font joujou avec des fumigènes, ces fumigènes qui enfument tout un stade, un public, le pollue telle la fumée d'un barbecue géant plongeant une partie du terrain dans un brouillard épais, puant, long très long à se dissiper.....Aucun spectacle au monde ne peut empêcher les spectateurs de venir le voir. Et bien si le FOOTBALL. et ce grâce à sa Fédération et ses dictateurs qui ont plein pouvoir. Celui de juger, d'administrer , de punir. d'encaisser de juteuses amendes ....... Quel Producteur au monde peut décider que son spectacle dans une enceinte privée, donc qui ne lui appartient pas, peut se passer de plus de 16 000 spectateurs et leur interdire d'entrer, des spectateurs qui de surcroit ont pour la majeure partie réglé à l'avance leur abonnement pour toute la saison ????????? Où est passé le foot de… Lire la suite »

noam
Invité
noam

il faut de l'argent soyez réaliste, l'asse doit faire parti de cette catégorie, faut l'accepter si tu aime les verts,

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

P