26 janvier 2022
Accueil » Saint-Étienne, le nouveau PSG d'un prince cambodgien
General view of Stade Geoffroy Guichard ahead of the French Ligue 1 Uber Eats soccer match between Saint Etienne and Paris Saint-Germain at Stade Geoffroy-Guichard on January 6, 2021 in Saint-Etienne, France. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport) - ---

Saint-Étienne, le nouveau PSG d'un prince cambodgien

Saint-Étienne fait partie des clubs historiques de France, mais ses belles années sont trop lointaines. Il a été finaliste de la Coupe d'Europe en 1976 (défaite 1-0 contre le Bayern) et a remporté plus de championnats que quiconque dans son pays. Son palmarès contient dix titres de Ligue 1, un de plus que le PSG et Marseille, mais le dernier d'entre eux a été remporté il y a 40 ans, en 1981. Au cours des dernières décennies, j'ai vécu entre la première et la deuxième division et tout au long du 21e siècle, il n'a pas remporté une Coupe de la Ligue (2013) et un titre de Ligue 2 (2004). Sa situation économique est désespérée et il a réduit cette saison son budget de 110 millions d'euros à 70, probablement à cause des nombreuses parties de roulette en ligne jouées par les joueurs. Le prince cambodgien Norodom Ravichak veut inverser cette situation et est prêt à faire un investissement de plusieurs millions de dollars pour que Saint-Étienne « retrouve sa splendeur » et « remettre ce club à sa juste place dans le football français et européen ».

Il a pour l'instant déposé une caution de 100 millions d'euros pour KPMG, cabinet choisi par les actuels propriétaires, Roland Romeyer & Bernard Caïazzo, pour passer au crible les offres reçues par le club, à vendre depuis avril. « Je ne suis pas là pour faire une opération financière. Je suis accompagné de partenaires importants. Vous les connaîtrez en temps voulu. Je souhaite que Saint-Étienne rayonne au niveau national et international », a déclaré Norodom Ravihak dans un entretien à RFI.

Norodom Ravihak est un prince, fils de Norodom Chakrapong et demi-frère du roi du Cambodge, mais pas l'héritier du trône, une figure qui n'existe pas dans son pays. Le Cambodge a un régime monarchique constitutionnel. Son souverain est élu par un Conseil du Trône. Il est né en exil il y a 47 ans, dans la ville chinoise de Canton (Guangzhou), où sa famille s'est installée pendant la sanglante guerre civile cambodgienne (1967-1975), qui s'est terminée par l'arrivée au pouvoir des Khmers rouges. Homme d'affaires prospère en Europe, au Moyen-Orient et en Chine, Norodom Ravihak a fait ses études en France et partage son temps entre Phnom Penh, la capitale du Cambodge, et Paris.

Dans un entretien, le prince cambodgien a expliqué pourquoi il avait choisi Saint-Étienne pour développer ce projet footballistique millionnaire dans le monde : « J’adore vraiment le football et j’adorais le championnat de France lorsque j’étais plus jeune. J’ai un peu grandi avec eux. C'est pourquoi j'ai toujours eu une grande affection pour Saint-Étienne, qui est parmi les plus grands clubs de France. Grâce à mes différents réseaux commerciaux, j'ai réussi petit à petit à rencontrer des personnalités importantes dans le monde du football. Il y a quelques mois, j'ai appris le projet de vente du club et j'ai décidé de tout mettre en œuvre pour en prendre le contrôle. Mon objectif est de faire de Saint-Étienne ma priorité, en honneur à tous ces gens qui travaillent dur pour redonner une place d’importance au club de Saint-Etienne, à l’échelle française, mais également européenne.”

« Mon objectif est de faire de Saint-Étienne ma priorité sur le long terme. Si nous parvenions à un accord, cela fournirait des ressources suffisantes pour atteindre nos objectifs et remettre Saint-Étienne en haut des classements », a précisé Norodom Ravichak, qui espère développer son projet à l'international.

Norodom Ravihak veut faire de Saint-Étienne une référence mondiale et espère lancer ce projet "le plus tôt possible".

P