5 mai 2021
Chronique de Joss Randall

"C’est pour ce genre d’émotions, qu’elle soit positive ou négative à la fin, que j’aime le foot"

DE L’ÉMOTION. ENFIN !!!!

 

“L'émotion nous égare : c'est son principal mérite.”

Oscar Wilde

 

Salut les Groupies !

J’espère qu’à l’instar de votre cowboy @JossRandall42 vous avez passé un bon dimanche ? Car moi, oui. Si, si. Je m’explique. Au lendemain de ce #PSGASSE, il semble que le Peuple Vert se divise en deux catégories. Non pas celles de Clint (ceux qui tiennent un pistolet chargé, et ceux qui creusent) mais ceux qui ont les boules, et ceux qui ont trouvé du positif dans l’émotion générée par ce scénario à la Hitchcock (en stock). Je fais partie de la seconde catégorie. Et voilà pourquoi ….

 

LES CHAFOUINS ET LES ANGOISSÉS

Alors c’est sûr, le sentiment dominant au coup de sifflet final, c’est la frustration. On a les boules, pas de débat, car on est passés près de ce qui aurait été un exploit, une victoire était presque envisageable quand on marque le 1er but du match aussi près de la fin, mais a minima le nul après avoir trouvé les ressources pour revenir d’un improbable 2-1. Sur le moment, j’ai eu les boules aussi, jusqu’à en être même agressif comme un ours bipolaire cédant son igloo à un Grizzli pour cause de fonte de la banquise. Seulement voilà après j’ai pris du recul, et j’ai apprécié ce qu’il y avait à apprécier (j’y reviendrai plus loin). Alors que j’en ai vu beaucoup rester « scotchés » à la frustration, en colère même, à pointer les manques (par ailleurs évidents) de l’équipe qui ont conduit à ce résultat finalement négatif sur le plan sportif comme comptable.
Comme par exemple l’incapacité à gérer les émotions et tenir un résultat, par deux fois. Oui c’est une lagune à combler, comme disent mes potes de Venise. Ou encore le fait que le SERGENT_MOUKOUDI a semblé sur cette partie aussi à l’aise balle au pied et dans ses positionnements qu’un fer à repasser dans le gant d’un boxeur. Pire encore, j’en ai même chopé un qui tapait à bras raccourcis sur mon jeune ETIENNE_ETIENNE_ETIENNE_TIENS_LE_BIEN, pour le péno qu’il provoque (sur le mec sans doute le plus rapide de la planète, rappelons-le quand même) et pour ne pas être resté 5 minutes à se rouler dans la surface après sa speed-date coup-de-foudre avec le poteau !! Celui-là a vu planer dans mon regard l’ombre de la réprobation !! Car enfin, le gamin a 19 ans et 3 matchs en L1 et on attend déjà de lui la roublardise d’un mec qui en a 200 ? Moi j’y vois simplement de la fraicheur, dans ce monde d’Actors Studio qu’est devenu le foot moderne, et j’aime ça. De même, sur l’incapacité de l’équipe à tenir un résultat, quand on voit l’âge de beaucoup, est-on surpris ? Moi non. C’est dommageable, évidemment mais c’est le prix à payer. Et vu le profil d’effectif qui nous attend pour les années à venir, autant s’y habituer dès maintenant.
Mais le fond du problème, c’est que derrière cette colère chez certains, j’ai senti de l’angoisse. Des miches qui claquent encore à cause du spectre rôdant de la descente en Ligue 2. Personnellement, j’en suis libéré, ce qui me donne plus d’espace pour prendre du recul. Alors que les colériques restent englués sur les « et si DANS_BOUANGA_Y_A_DE_L’EAU arrache le short de l’AVE_DI_MARIA pour éviter la complétion du little bridge ?? », « et si ETIENNE_ETIENNE_ETIENNE_TIENS_LE_BIEN est moins honnête et tue le rythme en restant par terre ?? », « et si les mecs ne célèbrent pas dans leurs têtes le 1er but pendant 3 minutes ???? ». Et si …. Mais tout ça, ce ne sont que des hypothèses, les gars. Et les hypothèses ne servent à rien contre la vérité (verset 36 du Coran alternatif).
Et vous verrez, à la fin de la saison, quand on sera maintenus (vous avez quand même vu que derrière, ça avance à la vitesse de l’escargot, Nîmes, Lorient, Nantes ?), vous regretterez d’être passés à côté d’une des (rares) émotions de la saison ! 😊

 

LES PARTISANS DE L’ÉMOTION : RIRES OU LARMES

Alors c’est sûr, pendant 75 minutes, y a avait pas d’émotion particulière. Une sorte de purge du dimanche Chinois 13h, comme on en a vu tant et tant …. Jusque-là, on avait quoi ? Un QSG diminué mais surtout au petit trot. En face, nos verts au talent laborieux mais qui avaient le méritent de produire un match qu’on qualifiera pudiquement de « sérieux », très bien organisé. Une équipe qui n’a finalement pas refusé le jeu comme le font presque toutes les équipes affrontant l’ogre de la Capitale, se créant même quelques situations, certes toutes hors-jeu, mais quand même. On n’aurait pas parié dessus. Pas d’émotion donc, mais nous n’étions déjà pas ridicules. Et puis est arrivé le 1er but. Et là, l’émotion est née, pendant 20 minutes. Un jeu de « je te passe devant - tu reviens - tu passes devant - je reviens … ».
Je fais partie de cette génération qui s’est ouverte au foot un soir d’été de 1982 à Séville. Alors au risque de passer pour un vieux réac (qu’est-ce que vous voulez …. On ne se refait pas ! et c’est bien dommage, car j’en connais quelques-uns qui mériteraient des retouches), et même au risque de devoir taper dans ma nouvelle boite de (souverains) poncifs, je dirais que c’est pour ce genre d’émotions, qu’elle soit positive ou négative à la fin, que j’aime le foot. Parce que sans déconner les gars … retournez vous sur la saison, et même sur les saisons d’avant : des émotions avec l’ASSE, vous en avez eu beaucoup vous ? Vous pouvez m’en citer plus de 10 sur les 2 dernières saisons ? Moi pas. La saison que nous vivons en est peut-être le meilleur exemple. Pour trouver plus lugubre, je ne vois guère qu’une soirée de Toussaint dans la banlieue de Reykjavik.
Alors oui, si le destin - en cours d’écriture, voir paragraphe 3 - de l’ASSE pour les 10 ans qui viennent, est de naviguer, fautes de moyens, dans une espèce d’abdomen flasque (pour changer du sempiternel « ventre mou ») du championnat, entre le 8ème et la 15ème place, sans espoir de joutes européennes au bout, et bien moi je prie pour qu’au moins, on vive de telles « 20 dernières minutes » le plus souvent possible. Et pis c’est tout.

 

L’ÉMOTION DE LA VENTE

Maintenant que le maintien est quasi dans la poche, on prépare l’intersaison. Et dans le Forez, elle s’annonce chargée comme un mulet de contrebandier espagnol. Et puisqu’on parlait ci-dessus « d’émotion », celle du moment dans le landerneau vert est largement rythmée par la « Lettre Ouverte » de notre duo muppet show, annonçant en grande pompe, que « Ouiiiiiiiiiiiiiiii on va le vendre, le club !!! » Alors là, je vous dis que ça génère chez moi (pour l’instant en tout cas) moins d’émotion que les 20 dernières minutes de #PSGASSE.
1/ Déjà, je trouve que ça ressemble à une sorte de contre-feu, répondant à toutes les rumeurs et différentes pressions indirectes des dernières semaine (merci Gael), avec même un côté romain genre « du pain et des jeux pour calmer le peuple ».
2/ Ensuite, si je ne Docteur Mabuse, ça n’est finalement pas un scoop de fou, si ? Le club est à vendre depuis 2017, et ce n’est pas parce que le mirage MEDIAPRO l’avait sans doute relégué aux priorités de rang 2, que les actionnaires n’y songeaient plus. Je pense qu’ils sont conscients, plus que n’importe qui, que leur modèle est arrivé à bout de souffle. Que leur incapacité (voir tout simplement leur non-volonté, et ça les regarde) de continuer à injecter de l’artiche dans une machine ‘foot moderne’ qui en demande toujours plus, doit les conduire à céder le club. Pas d’autre issue. Mais là, je trouve que ça fait un peu trop effet d’annonce juste pour calmer le jeu. Et fais méfi aux « effets d’annonce » car derrière, le plus dur commence. Et parfois, le silence qui succède à un effet d’annonce permet d’entendre craquer les pensées à l’intérieur des crânes.
3/ Enfin, vouloir vendre le Club est une chose, le pouvoir en est une autre. Car qui dit vente, dit acheteur. Et même sans mentionner les rumeurs prétendant que les deux propriétaires ne sont déjà pas d’accord entre eux sur le prix de vente, comme le couple divorcé qui vend la baraque, selon les besoins en BFR (besoin en fonds de roulement) de chacune des parties … acheter un club de foot aujourd’hui, avec toutes les incertitudes qui planent sur le modèle financier européen (fin COVID, droits TV avec la nouvelle bombe SuperLeague, etc.), et bien ça coute un saladier. À ce prix-là, que ce soit 20 ou 50M€, quand tu y rajoutes les besoins en investissement opérationnels après l’achat, tu peux t’acheter de la mayonnaise en tube jusqu’à la fin de ton foie. Et pour le moment, j’ai peine à voir qui l’ASSE va réellement intéresser dans le contexte actuel.
Donc, jusqu’à plus ample informé, et comme dirait ma copine Esmeralda (dans l’œil) : faudrait voir à voir qu’on voie. Mais je salue quand même la bonne volonté (même si, vous l’avez compris, j’ai des doutes sur les raisons qui la motivent au premier chef). C’est en tout cas mieux que de ne rien faire et se laisser mourir. C’est connu, le pégreleux qui ne tente rien peut faire tapisserie pendant des siècles, le cul sur un pliant, à regarder flotter son destin sur l’eau opaque de ses jours (Et BIIIMM ! T’en veux d’la métaphore ??? En V’là !!!)

 

LA COMPLAINTE DES FUMIERS

Salut mon JeanMich !! Tu vois, je pense quand même à toi. Car malgré la nouvelle victoire de tes gones-hommes dimanche à Nantes (t’affoles pas non plus, tout le monde - ou presque - gagne là-bas 😉), maintenant l’intérêt et la perspective de gratter une place de 3ème, je sais que tu ne vas pas bien en cette fin de WE. Si, je le sais. Car quel sale temps pour ta Fanfare ce dimanche 18 avril !!!!
C’est vrai, je l’assume, j’ai un côté Anti-Gones (mais c’est parce que je suis fan de Jean Anouilh et de Sophocle 😉) et malgré ça, je compatis, car je te sais Chafouin comme jamais (avant tu avais Sapé_Comme_Jallet) voire même limite fumant comme le Vésuve un soir de 79 après JC.
Ça a commencé avec l’accident industriel des filles de l’OL, dont tu es si fier, qui se font lourder de la LDC par l’ennemi juré parisien comme des jouvencelles refoulées au bal de fin d’année !! Un passage de relai que tout le monde voyait venir, mais quand ça arrive ça pique le dargiflard non ? L’histoire se répète curieusement. Après t’être fait dégager par le QSG-hommes de ton piédestal hégémonique (ta mère) des années 2000, BAM !! Les filles font pareil !! Mais attends !!! Le pire était à venir ! Ton ancien pote le traitre Agnelli qui monte sa League en cercle fermé, sans t’inviter ?? Mais qu’est-ce que c’est que ce pagnot de vogue ?? Idem pour ton grand ami Perez ?? Après tout ce que tu as fait pour eux, en votant systématiquement comme ils te le demandaient à l’ECA ??? Franchement, ils n’ont pas de figure, ces mecs-là !!! Et puis alors là, camouflet du camouflet, il se murmurerait même que les deux clubs français qui vont finir par rejoindre la SuperLeague (Polichinelle’s Secret, moins sympa que ceux de Victoria) seraient ces arrivistes étatiques du QSG et ces magouilleurs invétérés de l’OM ?!!??!!! .... Alors là, je dis non !! Trop c’est Trop (Enzo … alias « Le Viking » .. private joke à l’usage exclusif des nostalgiques du FC Nantes fin des 80’s, à l’époque où c’était encore un vrai club de foot !).

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus voté
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
juju61
juju61
20 avril 2021 14 h 18 min

Bonjour, pour agrémenter la chronique de jossRandall, je reviendrais sur les derniers matchs ou il me semble bien que l'on a enfin trouver un fond de jeu ,une ossature collective et surtout une cohésion retrouvée entre joueurs.Es-ce le début du travail de fond de claude PUEL, qui je le rappelle pour ceux qui font fi de l'ignorer (et qu'on le veuille ou non) est avant tout un formateur dotés d'une connaissance structurelle des clubs.Partout ou il est passé il a laissé une base solide sur laquelle ses successeurs ont pu s'appuyer et "prospérer" (Monaco et Nice pour l'exemple). Ce qui me permet de rebondir sur la deuxième partie, si vente du club il y a bien ,il ne s'agirait pas de remettre en cause cette mise en forme structurel (remise à niveau du centre de formation en particulier) et de pouvoir profiter à moyen et long terme du travail de fond qui est en cours. N'oublions pas le football post COVID qui va arrivé ,ou beaucoup de club devront essuyer les ardoises( dépenses inconsidérés cause MEDIAPRO),certains y laisseront leurs culottes surtout si l’État ne suit pas (et c'est bien partie pour!) les survivants ne pourront alors s'appuyer que sur leur… Lire la suite »

noam
noam
21 avril 2021 9 h 41 min

c'est caiazzo qui fout le bordel pour la vente du club voilà pourquoi peak 6 à capoter
Romeyer fait capoter les transferts et caiazzo fait capoter une vente

syl2ald
syl2ald
22 avril 2021 9 h 41 min

Un peu nostalgique cette analyse toute en émotion.... Je me suis demandé si tu ne t'étais pas projeté à une descente des "champs-Elysées" le lendemain d'une défaite cuisante ayant fait couler plus d'encre que la Seine ne charrie d'eau! Et ce serait oublier que dans la mythologie, l'Elysée c'est l'enfer ou les vertueux, les Héros, goutent au repos ! Hors dans le contexte de ce match, Banga n'est qu'un "Heraut": Si il fait chanceler l'espace d'un court instant la trajectoire incertaine du match à la 78', marquant un but heureux, il n'oublie pas, de son propre aveu, de crucifier les siens d'une calamiteuse défense permettant dans la dernière minute aux Pharisiens de découvrir le vrai Héros de la soirée. Je confesse avoir éprouvé de la tristesse à cette conclusion, mais bien peu d'émotion dans son execution! Trop Puelienne, la compo, la première mi-temps, les remplacements bâclés, et le jeu déployé avant que le PSG ne fasse jouer son banc et s'offre la peau de l'agneau sans avoir à forcer son talent ! Je ne suis ni Vegan, ni défenseur de la cause animale, mais il y avait dans l'arène du Parc des Pinces, quelque chose de la Tauromachie. La fin… Lire la suite »

3
0
Qu'en pensez-vous ? A vous de commenter !x
()
x
P