Ligue 1 : Mais qu’attendons-nous pour être compétitifs ?

Comment attirer des sponsors en France ? Comment font certains pour recruter des joueurs fort onéreux ?

Voici un début de réponse : comme la Pologne et le Royaume-Uni, la France interdit la «Third Party Ownership» (TPO), tierce propriété en français.

Démocratisée au Brésil et importée en Espagne et surtout au Portugal, la TPO donne la possibilité à des clubs de recruter des joueurs qui ne sont pas à leur portée. Ceux-ci sont en co-propriétés entre club et investisseurs qui sont intéressés financièrement à la revente.

Nelio Lucas, le patron de Doyen Sport (un fonds d’investissement) explique cependant : « Je peux vous assurer que j’investirai en France la saison prochaineFaire appel à des fonds d’investissement comme Doyen Sports est le seul moyen pour les clubs français d’être compétitifs en Europe. Je suis désolé de les voir à la place qu’ils occupent actuellement… Ils ont besoin de financements alternatifs parce qu’il n’y a plus d’argent dans le football français. Si ça continue comme ça, l’écart entre la Ligue 1 et les grands championnats va continuer à se creuser. » Aux dernières nouvelles, des clubs seraient intéressés mais n’oseraient pas franchir ce pas illégal…

Autre handicap pour la Ligue 1 dans cette course à l’argent ? En France la loi Evin interdit la vente d’alcool dans les stades et la publicité pour des marques d’alcool et de tabac. Un détail ? pas exactement, puisque la L1 est le seul grand championnat dans ce cas et que le sponsoring des marques d’alcool représente une manne importante dans plusieurs pays :

Premier League (Angleterre) – 28,5 millions d’euros

Liga BBVA (Espagne) – 27,5 millions d’euros

Bundesliga (Allemagne) – 24,5 millions d’euros

Série A (Italie) – 1,5 millions d’euros

L1 (France) – 0 euro !

En Angleterre, la Premier League est très liée à Calsberg et la coupe de la Ligue à longtemps été appelée «Carling Cup», au Portugal le championnat s’appelle «la Liga Sagres» du nom d’une des plus grandes marques de bières locale. En Allemagne, la Bundesliga est sponsorisée par le brasseur Krombacher et la vente de bière dans les stades rapporte 40 millions par an aux clubs.

Vous l’aurez compris, si les lois ne changent pas, le football français dépendra soit d’investisseurs isolés qui feront le bonheur d’un ou deux clubs (PSG, Monaco…) soit du facteur réussite combiné à la chance qui pourrait mener sur un malentendu une équipe française vers un sommet européen…

Article proposé par LABRUTE

N’oubliez pas de vous inscrire au concours de pronostics du site !

Je m’inscris

Les nombreux cadeaux à gagner seront dévoilés tout au long de la semaine !

Alexandre S.

Créateur et responsable du site de Peuple-Vert.fr. La philosophie du site ? Ne pas se contenter de reproduire les infos des autres médias en investiguant au coeur du club pour informer au mieux les amoureux de l'ASSE dont je fais bien évidemment partie !

Poster un Commentaire

25 Commentaires sur "Ligue 1 : Mais qu’attendons-nous pour être compétitifs ?"

plus récents plus anciens plus de votes
tete
Invité
tets
vert43
Membre
Intéressant cet article! Cela éclaire ma lanterne. L’interdiction de pub et sponsoring du tabac et alcool est une aberration . Car tout simplement une pub influence sur le choix d’un produit Parmi différentes marques .Autrement dit par exemple une personne boira toujours de la bière et la pub aura pour objet d’influencer son choix et la non pub ne l’empechera pas de la boire il la choisira lui même.La consommation est interdite dans les stades mais pas mal d’alcool sont consommés aux abords des stades et dans les voitures.L’alcool est un problème dur á gérer. Petite question que je me… Read more »
Green smile
Membre
Merci mon vieux 😉
LABRUTE
Invité
Myster/y/bouledegomme
Invité
Donc vous parlez de la loi Beckham ? Il me semble qu’elle a été abrogée sous Zapatero non ? A ce compte là, que faites-vous du régime des « impatriés » (une énorme exonération fiscale) qui doit concerner la plupart des joueurs étrangers en France ? Les cadeaux fiscaux n’ont pas de frontière.
LABRUTE
Invité
des lois ont été créées spécialement pour le foot en Espagne pour que des joueurs y viennent: comme Beckam par exemple, loi créée en 2004. MYSTÈRE.
bien, je retourne bosser jusqu’à 20h, bonne nuit à vous en France. 😉
je te mettrais des liens demain Mystère pour les lois. je les déjà mises sur le site.
Myster/y/bouledegomme
Invité
Quelle loi ?
LABRUTE
Invité
désolé MYSTÈRE, mais une loi à été faite pour le REAL MADRID afin qu’il ne soit pas obliger de payer. le Real n’a pas de dette.
Myster/y/bouledegomme
Invité
Et la France sait aussi faire de sacré cadeaux fiscaux, depuis octobre 2014 (personne n’en a parlé bizarrement, normal cela n’allait pas dans le sens du lobby victimaire du foot français), l’Assemblée nationale adoptait la proposition de loi de deux députés UMP, autorisant la rémunération des sportifs professionnels sous la forme de « droits d’image » ➡ 30% du salaire brut des joueurs, désormais assimilés à des « artistes », échappent aux cotisations sociales.

Mais là encore, je suppose que les clubs n’y trouvent pas leur compte …

Myster/y/bouledegomme
Invité
Sur les charges patronales et salariales je suis d’accord, sur les salaires quoi. Mais je parlais plus de ce que doivent les clubs espagnols au fisc hors de ce cadre là. Plus de 150 millions pour les plus gros clubs d’Espagne (bon la manne financière n’est pas la même c’est sûr). C’est juste qu’il ne faut pas dire que y’a qu’en France que le foot paie des impôts, c’est pas vrai.


Pin It on Pinterest

Shares
Share This