Le syndicat « Première Ligue » prend-il le problème par le bon bout ?

73 views

Bernard Caiazzo a accordé un long entretien au site officiel de l’ASSE. Il y explique le sens de la création de la « Première Ligue », le tout nouveau syndicat des clubs professionnels qui regroupe 19 clubs. Seul Guingamp n’a pas souhaité y adhérer.

En effet, Bertrand Desplat (Président de l’EA Guingamp), a fustigé les intentions de ce nouveau syndicat qui pour lui ne va défendre que les « gros » de L1. Il a d’ailleurs sévèrement taclé Bernard Caiazzo en le traitant de « marionnette d’Aulas » :  » Quand je vois qu’une réunion est organisée par Jean-Michel Aulas et sa marionnette Bernard Caïazzo, je me dis qu’il y a une forme de prédominance des puissants. Celle-ci est sous-jacente et sournoise. Malgré tout, à ces présidents de clubs que l’on va qualifier de modestes, comme Guingamp, je leur souhaite de peser au maximum dans les débats au sein de leur nouveau syndicat. Sans trop me faire d’illusion. »

Bernard Caiazzo a donc rappelé les objectifs de la Première Ligue : « L’objectif de notre nouveau syndicat est de travailler pour produire le changement indispensable à notre football. Cela ne pourra se faire que si notre football regarde la réalité en face et adopte de vraies réformes pour améliorer la qualité de notre championnat. Aujourd’hui, les clubs de Ligue 1, petits, moyens ou gros, ont décidé de s’unir pour travailler ensemble et trouver des solutions de réformes.« 

A ceux qui s’étonnent de voir le président Caiazzo devenir le porte-drapeau de ce syndicat, ce dernier explique pourquoi il a inspiré la confiance des 18 autres présidents : « Les  présidents de clubs savent que nous défendons des valeurs de partage, de dialogue et de travail […]. Après, il y a aussi une question d’expérience des dossiers lourds mais qui, sans un travail de concertation, ne suffit pas. Si mes collègues présidents ont tous voulu ma nomination, c’est parce qu’ils savent la valeur du travail accompli à l’ASSE depuis plusieurs années ainsi que notre contribution positive dans tous les combats pour défendre notre football sans privilégier un club ou un autre. »

Le combat de ce syndicat sera donc de permettre aux clubs de L1 d’exister face à la concurrence européenne qui subit moins de contrainte en termes de fiscalité notamment. Bernard Caiazzo a d’ailleurs tenu à rappeler qu’en France, le montant des charges payé par les clubs est le plus lourd d’Europe : « Un club comme l’ASSE paie plus de charges sociales à l’Etat pour son effectif pro que tous les 20 clubs espagnols réunis !! Oui plus que Barça, le Real, l’Atletico Madrid, Séville et les 16 autres clubs de Liga. »

Espérons que ce tout nouveau syndicat permettra aux clubs de L1 de retrouver de la compétitivité en Europe. Cependant, le problème n’est-il pas pris par le mauvais bout ? En effet, au lieu de fustiger l’état français qui fiscalise fortement des clubs de L1 qui génèrent et manipulent des millions d’euros, ne serait-il pas plus utile de faire pression sur l’ensemble des pays européens en demandant aux états de fiscaliser aussi fortement les clubs de leurs pays ? Il ne serait pas incongru que des pays comme l’Espagne, le Portugal ou encore l’Italie demandent plus de contribution à des clubs de football qui « brassent » des dizaines de millions d’euros à quelques mètres d’une population en pleine crise… Il faut reconnaître la puissance économique du football, sa force d’embauche et sa capacité à résister à la crise et offrir des issues à de nombreuses entreprises. Malgré cela, est-il logique d’observer une transaction à 80 millions d’euros entre un riche anglais et un riche club princier…? Non. Bernard Caiazzo l’explique également et rejoint les propos du Ministre Thierry Braillard : « Récemment, j’ai entendu le ministre Thierry Braillard dire qu’il fallait limiter sur le plan international le montant des transferts. Je suis d’accord car verser 80 millions pour un transfert, c’est indécent […]. C’est aussi indécent qu’un club comme l’ASSE paie plus de charges sociales que tous les clubs espagnols réunis mais j’aimerais entendre le ministre le reconnaître, en regrettant qu’il n’y ait pas d’harmonisation européenne. C’est à nous de parler avec tous les partis politiques pour expliquer et faire comprendre que les clubs français subissent une  concurrence déloyale car nous n avons pas les mêmes avantages que nos voisins allemands ou espagnols. Notre seul parti politique, c’est le football français. »

Source : Asse.fr

Alex
Suivez-moi !

Alex

Créateur de Peuple-Vert.fr en mars 2015.
Je suis bien évidemment supporter des Verts depuis que j'ai une douzaine d'années... Voilà donc près de 30 ans que je suis tombé dans le chaudron de potion magique !
Alex
Suivez-moi !

Alex

Créateur de Peuple-Vert.fr en mars 2015. Je suis bien évidemment supporter des Verts depuis que j'ai une douzaine d'années... Voilà donc près de 30 ans que je suis tombé dans le chaudron de potion magique !

6 pensées sur “Le syndicat « Première Ligue » prend-il le problème par le bon bout ?

  • 6 septembre 2015 à 14 h 52 min
    Permalink
    +100000000000000
  • 6 septembre 2015 à 14 h 17 min
    Permalink
    Une harmonisation fiscalo-sociale européenne dépasse largement le cadre du football. Est-ce aux présidents des clubs de foot de la réclamer ? Je ne pense pas 😕

    De plus, avant de s’attaquer à des moulins, certaines réformes réalistes pourraient être mis en oeuvre, et ce depuis longtemps. Je pense notamment à baisser l’argent donnée à la Ligue 2 qui est sans doute une des plus riches du monde, alors que personne en a rien à fiche (qui regarde ?). Aussi passer à une ligue 1 à 18 clubs, les parts du gâteaux seraient plus grosses. Pourquoi Caiazzo ne dit pas cela ? Ce syndicat est voué à l’échec 🙄

  • 6 septembre 2015 à 11 h 31 min
    Permalink
    Bernard Caiazzo : « L’ASSE, et je connais bien les chiffres, a vendu pour 18 millions d’euros de joueurs en net, une fois déduits les contributions FIFA, les commissions d agents, les primes joueurs et les droits de suite dus aux clubs. L’ASSE a acheté pour 12.5 millions d’euros en net, ce qui fait une différence de 5.5 millions destinée à combler en partie le déficit structurel de 8 millions d euros par saison.
    A noter, au passage, qu’il était prévu 10 millions d’euros d’achats et que les propriétaires du club ont accepté de prendre un risque en montant à 12,5. N’oublions pas que tous les clubs français subissent des déficits, parfois de 20 ou 30 millions par saison pour certains, et que l’ASSE a vu son déficit monter à 8 millions d euros à cause de la taxe à 75%.
    On comprend mieux pourquoi les clubs de Ligue 1 s’unissent pour lutter contre ces situations déficitaires que ne subissent pas les Allemands. Par exemple, sur 2014-2015 et pour la première fois depuis 5 ans, l’ASSE perdra près de 2 millions d’euros à cause de la taxe à 75%. »
  • 6 septembre 2015 à 10 h 15 min
    Permalink
    bon là, il faut revenir sur terre Alex; demander aux autres Etats d’harmoniser leur fiscalité; c’est de la politique qui entre dans l’état du domaine Etatique économique extérieur qui relève de Bruxelles. quand à limiter le coût d’un transfert cela relève de l’utopie. Est-ce qu’on limite le prix du pain ? le coût relève de l’offre et la demande, comment peut-on limiter un prix et sous quel critère ? on est à l’ère du libéralisme et non du communisme. c’est pas aux autres de monter les valeurs des taxes, c’est à la France de baisser les siennes. ce qui est indécent; c’est pas les autres, c’est nous et le racket organisé par les hommes politiques sous le prétexte oh! combien fallacieux de la solidarité. Caiazzo roi de la pleurniche pourquoi ne parle t-il pas de ces lois stupides dites Evin, de celle qui empêche la TPO, de ce football horriblement peu attractif dont Saint-Etienne est un très digne représentant en l’Europe qui ôte toute envie aux sponsors d’investir. il pleure les 2 M de la taxe dite 75%, il baisse les salaires qui font que se déclenche cette taxe sur les salaires à plus de 1 M par an. si nous étions à égalité sur les taxes avec les autres, cela ne changerait rien; en France les actionnaires se gavent avant tout et les joueurs recrutés serait toujours des L2 qui coûteraient simplement 10 fois plus chers, mais qui auraient toujours les pieds carrés. Caiazzo pleure la concurrence Européenne mais il est heureux de sa concurrence avec les Africains qu’il pille sans vergogne, nul doute qu’il doit regretter le temps des colonies, là où on pouvait recruter des arabes pour 2 chèvres et 3 moutons et que l’on revendait des milliers de francs Pinet . Caiazzo et la France = 😥 😥 😥 😥
  • 6 septembre 2015 à 9 h 36 min
    Permalink
    Lapsus révélateur !!! 😉 Mais c’était bien « prend » !! Merci l’ami ! 😎
  • 6 septembre 2015 à 9 h 28 min
    Permalink
    ALEX, le titre c’est bien PEND ? ou tu voulait dire PREND ❓

Et si vous donniez votre avis ?

Pin It on Pinterest

Shares