[EXCLUSIF] Jonathan Bamba : « A St-Etienne on me disait souvent que je jouais comme un jeune ! »

Jonathan Bamba est parti vers le Paris FC au cours du dernier mercato. Un choix opéré au moment où l’ASSE souhaite donner du temps de jeu à ses jeunes joueurs. Nous sommes revenus avec Jonathan Bamba sur son début de saison, son passage à vide à l’automne et les raisons de son prêt en L2 au Paris FC. Entretien…

.

Peuple Vert : Revenons sur ton début de saison, comment l’as-tu vécu ?

Jonathan Bamba : J’ai bien vécu mon début de saison. J’ai vu la différence qu’il existait entre la CFA et le monde professionnel. Auparavant je n’effectuais que de petites entrées en jeu, mais là j’ai commencé à enchaîner des matches en tant que titulaire. Après tu veux toujours plus et c’est ce que je suis venu chercher au Paris FC.

Ton début de saison est prometteur, tu inscris un but exceptionnel face au FC Nantes et après plus rien. Les supporters et les observateurs n’ont pas compris !

Moi non plus. J’ai bossé dur pour trouver une place de titulaire, Christophe Galtier m’a fait confiance et après il n’y a rien eu. Il m’a donc fallu continuer à beaucoup travailler. Par la suite je suis passé à côté de mon match face à Nice et je pense que le coach a voulu me protéger. Il a aussi vu que je n’avais pas été très bon et m’a sanctionné sportivement.

As-tu eu une discussion avec Christophe Galtier pour éclaircir cette période où tu es resté sur le flanc ?

Oui j’ai eu une discussion avec le coach. Il attendait que je redouble d’efforts pour retrouver une place de titulaire.

Des bruits ont couru que tu avais pris la grosse tête à cette époque, que tu étais trop « facile ». Qu’en penses-tu ?

Non, je n’ai pas pris la grosse tête. On me l’a reproché dès la fin du match face à Nantes. Mes coéquipiers, tout le monde m’a dit de ne surtout pas prendre la grosse tête comme beaucoup de jeunes joueurs. Et puis il y a aussi les valeurs du club, et je dois m’y identifier. J’ai appris ça au centre de formation et pendant toutes les années que j’ai passées au club.

Un autre moment fort dans ta première partie de saison, c’est le match à Paris en coupe de la Ligue. Comment Christophe Galtier vous a-t-il présenté cette rencontre ? Vous étiez les jeunes qu’on sacrifiait ?

Non pas du tout. Il y avait beaucoup d’absents à cette époque et il a fallu faire appel aux jeunes. Le coach nous a bien expliqué de ne surtout pas lâcher. Il nous a mis en confiance. Christophe Galtier est un bon entraîneur qui fait confiance en la formation.

De l’extérieur, le reproche qui est fait à l’ASSE et donc à Christophe Galtier c’est de ne pas suffisamment faire confiance aux jeunes. Y’a-t-il eu changement de stratégie cette saison ?

Je ne sais pas. Nous on bosse à l’entraînement où il y a vraiment beaucoup de jeunes qui sont présents. Ça permet de prendre beaucoup d’expérience. Après, les jeunes ont envie de jouer et ce qu’ils pourraient lui reprocher c’est de ne pas assez faire de match. Les jeunes ont envie de disputer des rencontres au-delà des entraînements avec les pros.

Aujourd’hui tu es au Paris FC. Comment s’est décidé ce prêt ? Tu en as fait la demande ou bien c’est le club qui te l’a proposé ?

Non c’est venu de moi au départ. Quand j’en ai parlé au club ça ne les a pas dérangés. Je leur ai demandé car je ne me sentais pas de rester tout le temps sur le banc ou de jouer des matches de CFA.

Comment se passe ton intégration au Paris FC ?

Ca se passe super bien. Les dirigeants et le club me font vraiment confiance. Je suis venu pour jouer. Je ne suis surtout pas arrivé en tant que stéphanois qui vient de L1 avec la grosse tête. J’ai expliqué aux dirigeants que j’avais des qualités et que je venais aussi pour progresser.

D’après-toi, où se situe ta marge de progression ?

Je viens au Paris FC pour faire des stats afin de revenir à St-Etienne pour être décisif. J’essaye de jouer sur mes qualités en enchaînant les courses, en étant percutant. Ici le coach me fait vraiment confiance, ce qui est bien car je marche beaucoup à la confiance. Le but c’est de revenir à St-Etienne plus costaud car c’est ce qu’impose le monde professionnel. Quand je jouais à St-Etienne on me disait souvent que je jouais comme un jeune. Je dois donc prendre plus de maturité dans le jeu.

Ton entraîneur actuel connaît bien la maison Verte (Jean-Luc Vasseur qui a joué à l’ASSE en 1995-96). As-tu parlé avec lui de ton prêt, de ce qu’il fallait faire pour réussir ton passage au Paris FC et revenir à l’ASSE encore plus fort ?

Oui je parle beaucoup avec le coach. Il m’a expliqué qu’il fallait que j’apprenne à jouer sous pression parce que c’est ce qu’il y a à St-Etienne. Geoffroy Guichard est une enceinte dans laquelle les spectateurs mettent beaucoup de pression pour que les joueurs donnent le meilleur d’eux-mêmes. On est donc obligés de toujours faire plus d’efforts malgré la difficulté.

Depuis que tu es arrivé tu es titulaire dans l’équipe. Que peux-tu nous dire de tes premières rencontres ?

D’abord je frappe beaucoup plus aux buts. On me reprochait de ne pas assez tirer aux buts à l’ASSE. J’avais un côté plus collectif, altruiste. Là je me force à beaucoup plus tenter ma chance. J’ai failli marquer lors de la dernière rencontre face à Clermont-Ferrand… Ça va finir par rentrer. J’essaye de faire beaucoup d’appels, beaucoup d’efforts, de faire courir mon latéral vers son but afin de l’user. C’est aussi ce que me demandait Christophe Galtier. J’essaye aussi d’apporter par mes centres… On a malheureusement pas été assez présents devant la cage de Clermont et c’est ce que le coach nous a fait travailler cette semaine. On espère qu’on sera plus performant contre Evian où je vais retrouver Dylan (St-Louis) et Axel (Kacou).

Et quelle différence vois-tu entre la L1, voire la coupe d’Europe et la L2 ?

En L2 il y a beaucoup plus de duels. C’est plus physique. Moi je n’aime pas ça, j’ai besoins d’espaces et de jouer en relation avec les autres. La L2 est beaucoup plus resserrée tactiquement, mais tout ça me permet de progresser et de muscler mon jeu. Pour gagner un duel en L2 il faut être très fort. Ça me servira en L1, car si tu perds un duel en L1, tu le payes cash ! En L1 il y a plus d’espaces, plus de culture tactique et de technique.

L’an prochain le but c’est de jouer un maximum j’imagine ?

Oui c’est sûr. Tout ce que je fais c’est pour revenir encore plus fort à St-Etienne et prouver ma valeur.

Merci à Jonathan Bamba et au club du Paris FC pour avoir autorisé cette interview. 

Pour réagir à cette info, rendez-vous sur le forum !

Alexandre S.
Suivez-moi !

Alexandre S.

Créateur de Peuple-Vert.fr en mars 2015.
Je suis bien évidemment supporter des Verts depuis que j'ai une douzaine d'années... Voilà donc près de 30 ans que je suis tombé dans le chaudron de potion magique !
Alexandre S.
Suivez-moi !

Alexandre S.

Créateur de Peuple-Vert.fr en mars 2015.
Je suis bien évidemment supporter des Verts depuis que j’ai une douzaine d’années… Voilà donc près de 30 ans que je suis tombé dans le chaudron de potion magique !

Pin It on Pinterest

Shares
Share This